• J'avais écrit ce texte un petit matin, lendemain d'un jour d'école compliqué, alors que j'avais dû gérer tant bien que mal la crise d'un enfant blessé par la vie...  Enfant brisé, empêché d'apprendre... mais enfant empêchant, violent parfois!

    Abattu par mon impatience  à trouver des solutions pour cet enfant en souffrance,  j'avais écrit ce texte que je n'avais pas publié, par peur d'incompréhension!

    Ne vous y trompez pas, ce texte salue tous les enseignants qui, là où ils sont, ne désarment pas, malgré leur sentiment d'impuissance!

     

    Je me souviens... de l'école de mon enfance, dans les années 60 !

    Je me souviens de ces enfants abandonnés en fond de classe...

    Ils ne faisaient rien, n'étaient pas sollicités ou si peu... 

    Discours collectif, alternances de leçons , d'exercices et de corrections ...

    EUX  semblaient avoir abandonné l'idée même de s'y essayer !

    Ils étaient là !

    Si les bonnets d'âne avaient disparu des cours de récréation, tout le monde semblait les avoir classés dans une catégorie définitive, celle des cancres !

    Étaient-ils des enfants "abandonnés" ? 

    C'était en tout cas, le sentiment que nous avions, NOUS, enfants apprenants, bien au chaud dans notre univers sécurisant! 

    Les enfants "abandonnés" ont-ils disparu de l'école ou du collège ?

    Ne vous fâchez pas ! Je vous sais tous très attentifs à vos élèves, dans un désir d'aider chacun, dans une volonté d'adapter, de différencier, de ... comme l'étaient sans doute nos illustres prédécesseurs, même si nous n'étions pas en mesure alors de deviner leurs tourments, leurs efforts, leurs engagements!

    Mais certains de nos élèves nous opposent parfois, pour des raisons intrapersonnelles profondes, un refus qui finit quelques-fois par désarçonner, par décourager(?)... 

    On ne sait plus quoi faire, si ce n'est créer des conditions sécurisantes qui ne suffisent pas toujours, gérer  les crises parfois, au prix d'une culpabilité envahissante...

    Ce sont les témoins de notre impuissance... faute de formation, de moyens, d'accompagnements !

    Ces enfants dont les familles ont parfois refusé plusieurs fois des propositions d'orientation MDPH (ITEP, IME, ULIS, ...), ces enfants en panne de prise en charge  dans des établissements spécialisés débordés, ces enfants si mal qu'ils ne peuvent s'engager dans un quelconque apprentissage, ces enfants empêchés qui empêchent, ces enfants qui arrivent sans lire ni compter en 6ème ne sont-ils pas les enfants abandonnés d'aujourd'hui?

    Avons-nous encore des enfants abandonnés dans nos établissements ?

    Si la réponse est positive, agissons sans relâche.... pour eux, pour leurs parents, pour nous!


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires