• Agir sur le climat scolaire

    Il y a des jours, où je me demande si je ne suis pas devenu un "enfonceur" de portes ouvertes, un radoteur d'évidences, un... !

    "Tu prêches des convaincus!" , m'a-t-on dit récemment dans une docte assemblée travaillant sur la question du climat scolaire !

    Sans doute ne suis-je pas toujours en capacité d'expliquer clairement ma pensée ! Ben oui, j'voulais pas "prêcher", mais parler de "stratégie".

    Entre "gens de bonne compagnie" ,  "homogames" de la pensée pédagogique, il peut sembler inutile de rappeler certaines choses de base, devenues évidentes  à force de formations partagées ! En sommes-nous d'ailleurs si sûrs ?

    La violence scolaire, de mon point de vue, ne se règle pas à coup d'actions spectaculaires, mais dans le quotidien, dans ce qui fait la qualité de la relation humaine et pédagogique, entre bienveillance et exigence !

    C'est en agissant sur ce quotidien - le positionnement personnel et le cadre défini collectivement- que l'on peut durablement modifier le climat scolaire !

    Ce qui fait apparemment tellement consensus dans le discours d'un groupe de pilotage constitué d'acteurs convaincus, est loin de faire l'unanimité dans les équipes,  voire d'être évident pour chacun d'entre nous, dès que l'on revient dans la réalité du quotidien !

    Pour agir sur le climat scolaire, plusieurs stratégies sont possibles !

    Entrer par des actions pour fédérer les équipes sur du concret et amener les uns et les autres à partager là-dessus une culture commune !

    Il y a un risque: développer des actions sans l'esprit, perdre le fil rouge qui a motivé l'action, agir sur un seul levier là où il faudrait en investir plusieurs ! 

    Perso, je préfère entrer par le quotidien et la définition d'une politique globale et explicite sur ces sujets, pour ensuite décliner des actions qui prendront tout leur sens ! Refaire dans les équipes, le nécessaire cheminement que le groupe de pilotage a sans doute partagé, patiemment décliné... Prendre conscience de nos éventuelles divergences sur ces sujets qui renvoient tellement à nos conceptions personnelles, pour définir un socle commun, partagé ... Il y a peut-être des endroits où ce travail a déjà été fait!

    Si le climat scolaire repose sur l'accueil de la parole de l'enfant, alors travaillons sur la récréation et le rôle des adultes dans ces espaces et ces temps, ...

    Si le climat repose sur la présence d'un cadre conteneur et contenant , alors travaillons sur la loi et la règle, sur la sanction et la réparation,  ...

    Si le harcèlement et la violence sont présents dans l'école, alors travaillons sur l'empathie dès la maternelle sur le modèle proposé par Tisseron, sur le débat philo en cycle 3 et la valorisation des comportements positifs en empruntant à la psychanalyse et à Oury, sur la gestion non violente des conflits,  ...

    Si l'échec permanent est d'une incroyable violence, alors travaillons sur l'évaluation positive et la mesure des progrès, sur les compétences leviers qui rendent la réussite possible, ...

    Si l'école et ses acteurs ne sont  pas respectés, alors remettons du symbolisme dans les espaces et les temps !

    Si les relations avec certaines familles sont dégradées, alors questionnons-nous sur notre capacité à gérer les relations, à dialoguer , à informer; à accompagner le difficile cheminement de l'annonce de la mauvaise nouvelle, ...

    Si les relations sont tellement tendues entre certains élèves, alors remettons de la coopération, de l'entraide dans nos pratiques, convoquons Freinet et l'OCCE...

    Si nos élèves sont perdus dans des conflits de loyauté, alors organisons des temps d'échanges avec les parents, sur des grands thèmes éducatifs: la parole, le cadre, le sommeil et les rythmes de vie, ...

    Si l'équipe ne partage pas à minima certaines valeurs,  alors organisons des temps de formation qui mettront les gens en situation de réfléchir ensemble, ...

    Bref , le climat scolaire est une problématique systémique... et j'ai la conviction qu'elle repose sur la définition partagée d'un parti-pris  - ce qui donnera la couleur de l'établissement -puis sur la confrontation au concret, dans des actions choisies ensemble !

    Je regarde chaque jour mes collègues surveiller la  récréation, et je vois, progressivement, de plus en plus de maîtresses se déplacer dans la cour, parler avec les enfants, accueillir la parole, l'angoisse, le chagrin, la colère de nos élèves dont certains sont si insécures !

    Je vois de plus en plus d'enseignantes soucieuses de ne pas renvoyer en miroir les réactions émotionnelles de certains élèves ou de quelques parents immatures.

    Rien de spectaculaire, mais tout commence là !

    Les actions vont et viennent, finissent par s'épuiser !

    L'esprit, vous dis-je ! Puis l'action !

    Bon, quand il est question de stratégie, nul n'est sûr d'avoir raison !  Une seule chose est sûre, quand on veut travailler sur ces questions, il faut rendre ces problématiques visibles et lisibles pour embarquer tout le monde dans le projet : enseignants, parents, municipalité, partenaires, ...!  

    « La bosse des mathsLes pièges de la langue française »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :