• Banalité du matin...

    à lire ou à relire

    Yaka Pédagus, vous connaissez?

     

    Mais si, tous les instit. connaissent!

    Yaka Pédagus, c'est, rassemblé en un unique avatar , la multitude des donneurs d'ordre ou de conseils aux enseignants qui ont bien du mal à suivre.

     

    Chaque année nous apporte son lot de priorités et de directives...

     

    > Les résultats en calcul sont mauvais, il faut faire du calcul mental chaque jour;

    > Orthographe ? Y'a qu'à faire une dictée négociée quotidiennement;

    > Plus de politesse, plus de valeurs, faut faire de la morale chaque jour,...

    > Problèmes? Les résultats aux différents tests sont catastrophiques, Il faudra faire un problème par jour.

    > Tâches complexes ? Pisa révèle des lacunes dans ce domaine, il faut relancer l'évaluation des (par?) tâches complexes ...

     

    Bon, vous avez compris le propos...

     

    Banalité du matin...Ces directives  ne sont pas nécessairement injustifiées, mais le temps n'étant pas extensible à l'infini, une priorité remplace souvent la précédente. L'effet d'accumulation est désastreux: il donne le sentiment de l'improvisation permanente, alors que le changement a besoin de vision à long terme.

    Le temps de l'école n'étant pas le temps politique, les enseignants se sentent parfois ballotés d'une réforme à l'autre !

     

    Un autre effet secondaire du yakapédagus: il installe l'enseignant de base (sur le terrain) dans un sentiment inconfortable d'incompétence et participe au malaise actuel : tout individu, même adulte, a besoin de retours positifs sur son travail !

     

    Les IEN en ont bien conscience, il suffit pour s'en convaincre d'écouter les précautions oratoires qui ponctuent chacune de leurs interventions! (L'observation de la forme et des stratégies de communication mobilisent mon attention au-delà des contenus: sans doute un effet de l'âge, ou déformation professionnelle, ... C'est devenu un acte automatique!)

     

    Aller au bout des choses... Toute directive devrait en outre  prévoir son accompagnement  ! 

     

     

    « NostalgieNote ou pas note ? »

  • Commentaires

    1
    ValérieP
    Samedi 24 Août 2013 à 13:27

    Je constate que je suis dans les mêmes affres que vous, je constate que nombre de mes collègues ont les mêmes "préoccupations". Alors que faire? Nos hommes politiques s'éloignent de + en + de nos préoccupations (et pas seulement dans le domaine de l'Education!), je suis bien affiliée à un syndicat mais il ne manifeste que "pour" la retraite (je ne dis pas que ce n'est pas important, mais), alors que faire de notre pédagogie? Et surtout, comment faire avec nos élèves? Suivre son IEN?, suivre sa "conscience pédagogique"? Parfois je me dis que je vais quitter l'EN et créer ma propre école! hélas pour cela il me manque encore beaucoup d'audace!

    Trouvez-vous un mode de fonctionnement confortable et en accord avec vos idées pédagogiques au sein de l'EN? Amicalement, V.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :