• C'était mieux avant !

    C'était mieux avant !Litanie des contempteurs d'une modernité supposée ! 

    Des instructions de 77 aux programmes de 2008, les enseignants de ma génération ont traversé des réformes successives … Si chacun d'entre nous ajoute à son parcours professionnel, son propre cursus scolaire, alors on devrait pouvoir  dire que nous avons été ballotés  d'un modèle à un autre, d'une approche didactique à une autre…  Pour vous donner une idée, je suis un pur produit des mathématiques modernes, et j'ai démarré ma carrière avec la pédagogie d'éveil ! 

    Ainsi, la succession des réformes aurait modifié sans cesse les pratiques ! Ce qui permet aux contempteurs d'aujourd'hui de continuer d'affirmer que c'était mieux avant !

    Les enseignants ont cependant une forte capacité de résistance, histoire de survie sans doute dans un environnement instable.

    Quand je me retourne sur une carrière déjà longue, je ne vois que peu de changements dans les pratiques. Les instructions de 1985  , en réintroduisant un enseignement systématique de l'histoire , de la géographie , … en rupture avec la pédagogie d'éveil, a largement conforté une pratique dominante et déculpabilisée:  le transmissif.

    Bref, l'école n'a pas changé...

    Un maître face à ses élèves, une transmission de contenus selon des modalités  presque invariables :   méthode socratique (interrogative) , expositive (cour magistral),  démonstrative, … 

    Auto-construction des savoirs, constructivisme pur, pédagogies coopératives ou actives, n'ont été que des pratiques marginales, de collègues particulièrement engagés, tant ces modèles sont exigeants !

    C'était mieux avant !Je fréquente l'école depuis fort longtemps, et les photos de classe d'aujourd'hui ressemblent fort à l'image "Rossignol" placée au début de ce billet.

    Si le tableau blanc (si peu interactif)  remplace progressivement le tableau noir, les pratiques sont globalement restées les mêmes:

    1/ Un maître qui choisit son objet d'enseignement inscrit dans une programmation allant du simple au complexe;

    2/ Définition d'objectifs plus ou moins précis … "être capable de …"

    3/ Élaboration d'une progression logique (didactique;-)

    4/Alternance d'explications et d'exercices après avoir réactivé les connaissances sur le sujet;

    5/ Traces écrites et feed-backs réguliers; Entraînements, ...

    6/ Évaluations (exercices semblables ou très proches de ceux qui ont été proposés en cours de construction)

    Bref, archi classique et immuable !

    Alors, si les pratiques ont si peu changé, malgré des tentatives institutionnelles (main à la pâte et démarche d'investigation, ORLF) , pourquoi ai-je lu  hier encore, dans les courriers des lecteurs de "Marianne", que c'était mieux avant ?

    Et si les causes de la dégradation des résultats étaient à chercher ailleurs que dans des pratiques tellement semblables à celles de mon enfance ? 

    Et si c'était justement parce que l'école n'a pas tellement changé, alors que tout autour d'elle a changé  ?

    Bon, vous l'savez chers et rares lecteurs, je ne suis qu'instit, et je sais maintenant que je ne sais rien, mais comme tout le monde!

    Vous avez donc le droit de ne pas être d'accord ! 

    ...

    Avertissement: la photo qui illustre cet article ne dit rien des pratiques de l'enseignante en action! Elle sert juste à illustre le propos, hors de tout contexte !

    ...

    La difficulté des enseignants à capter et à retenir l’attention de leurs élèves est aujourd’hui reconnue. Pourtant, on réfléchit assez peu – en dehors de la lamentation nostalgique – à la manière de regagner cette attention, de recréer des conditions qui permettent à l’élève de s’« installer » dans une classe et dans les savoirs que l’on y enseigne.

    REVUE  ESPRIT

    « La GAZETTE des parentsÉvolution des emplois RASED »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Elsa
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 10:39

    Merci pour cet article clair et constructif. 


    Je crois que le changement est indispensable, mais une volonté individuelle et des choix politiques ne suffisent pas....


    je rêve de moyens pour mettre en œuvre des changements profonds et en attendant je fais ce que je peux avec  conscience et obstination!

    2
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 11:10

    Merci pour ce commentaire … C'est si rare !

    3
    Loïc
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 11:56

    C'est tellement rassurant de reproduire ce que l'on connait déjà et déstabilisant d'essayer quelque chose de nouveau au risque de ne pas y arriver...


    Dans le "c'état mieux avant", on pourrait ajouter à ton article : l'amnésie sélective. On ne retient que ce que l'on veut bien retenir.


    En cherchant bien, on se souviendra des difficultés éducatives que rencontraient les enseignants lorsque j'étais écolier : élèves violents, qui s'échappaient de l'école, qui répondaient à l'enseignant... 


    Loïc

    4
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 17:58

    Tout d'abord je te souhaite une excellente année! Ensuite je t'adresse un grand merci pour tes sites qui m'aident et qui m'inspirent. J'ai réfléchi toute la journée à ton article, j'en ai profité pour me remémorer ma formation il y a 10 ans à l'IUFM, des grandes théories enseignées par des professeurs convaincus et de la jeune enseignante que j'étais devant ma première classe essayant avec conviction de reproduire tout ce que j'avais entendu, à défaut de l'avoir observé. 

    Finalement, me vient la question: et si le mieux était l'ennemi du bien? Et si avant de devenir des enseignants émérites dignes de Freinet, nous commencions par enseigner de manière correcte, de nous imprégner des savoirs, d'appréhender les possibles chez les élèves? Et si les formateurs des IUFM pouvaient être des acteurs neutres de l'éducation et non plus des idéologues ou des auteurs d'ouvrages pédagogiques qu'il faut absolument acheter pour se faire bien voir?

    Finalement ça fait beaucoup de questions...

    Merci pour ton blog que je suis avec grand plaisir :-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :