•  

    J'me disais comme ça, ce matin, allez savoir pourquoi un premier dimanche de vacances, que la somme des compétences individuelles ne fait pas la compétence de l'ensemble....

    J'pensais, of course, à la notion d'équipe pédagogique.

    L'équipe apporte quelque chose que l'individu ne peut apporter seul.  Enfin, y m'semble !

    Et puis j'entame "Penser global" d'Edgar , et j'me dis qu'il existe entre l'équipe et chacun des individus qui la composent, un lien de même nature que celui qui existe entre la société et l'individu , entre la molécule d'eau et les atomes d'oxygène et d'hydrogène qui la constituent! 

    " Le tout n'est pas l'addition des parties, mais au niveau du tout se constituent des qualités et des propriétés nouvelles qu'on appelle émergences. Par exemple, la molécule d'eau a des qualités propres que n'ont pas les atomes d'hydrogène et d'oxygène qui la constituent."

    Il y a parfois des résonances inattendues.

    Reste à savoir si le tout est dans chaque partie en c'qui concerne l'équipe !

    Je démarre la lecture de...

    J'me disais ...


    votre commentaire
  •  

    Comme dirait Gégé, ma collègue sortie de let'sup, je pisse de la ligne... Un projet à écrire, foi d'animal, ça m'pose pas de problème !

    J'peux vous en écrire , des pt"its, des grands, des coûteux, des qui coûtent rien, des modèles du gente avec évaluation  diagnostique, hypothèses sur les besoins, choix d'actions, mise en place d'échéancier , régulation et contrôle, des faits à la va vite, des opérationnels ou des finalités tellement vagues qu'elles ont peut de chance de voir le jour.... C'est le cas de bien des projets  quand ils ne sont que déclarations d'intentions !

    Un projet doit être authentique si l'on veut qu'il porte ses fruits!

    Mais un projet authentique, qu'est-ce que c'est ?

    Hé  ben, sa nécessité ne tombe pas du haut, elle s'impose d'elle-même au vu de l'analyse des difficultés locales, au regard des directives nationales of course.

    Un projet authentique repose sur une analyse sincère et transparente, dégage des pistes de travail individuelles et collectives qui devront apporter le sentiment d'une plus value pour tout le monde: les élèves, les  enseignants, ...

    Le trop plein  de projets  tue le projet,  et les exercices d'écriture risquent de se multiplier renvoyant leur mise en oeuvre aux calendes grecques  ou faisant courir le risque d'une atomisation des énergies.

    Projet REP, conseil école collège, projet d'école, projet climat scolaire dans lequel on nous a lancés récemment, ... Tout ceci doit s'articuler, se hiérarchiser pour que les uns découlent des autres , dans une filiation économique... sans multiplication inutile des exercices stériles d'écritures.

    Il y a un moment où il faut cesser d'écrire des projets... pour les réaliser !

    En tous les cas, je me détournerai de tout projet formel, sans renvoi à un travail réel des équipes !

    Je n'ai plus de temps pour ça!


    votre commentaire
  • Bon, vous l'savez chers tweet'amis lecteurs, je m'occupe depuis quelques années des élèves en difficulté d'apprentissage de la lecture. 

    D'abord, sachez-le, les difficultés d'apprentissage existeront toujours: empan culturel énorme, carences éducatives, déficits cognitifs, empêchements d'apprendre pour des causes interpersonnelles, ... Les causes sont multiples!

    C'est pas nouveau, mais l'école d'autrefois s'en accommodait! Aujourd'hui, on veut la Réussite pour tous ! C'est bien normal, mais ça change la donne !

    À force d'observer, de faire de hypothèses, de me battre contre l'inappétence et le décrochage,  je me dis que :

    - en descendant trop vite au phonème, on perd des élèves qui s'demandent bien de quoi elle' cause la maîtresse ! Ils ont beau écouter le mot chat, ils n'entendent que MIAOU !

    - y'a rien à faire, pour apprendre à lire, écrire ça aide ! Et la multitude de fichiers limite la quantité d'écriture ! 

    Point sur la lectureJe suis r'tourné voir mes propres cahiers de CP: point de fichier, vous vous en doutez (Ben oui, question d'âge, même la machine à alcool n'existait pas!) ! Syllabes manquantes à écrire sous un tampon patiemment déposé la veille par la maîtresse, dictée de syllabes , de mots puis de phrases et pis... c'est tout !

    Pas de ces fichiers qui proposent une surcharge informationnelle nécessitant une flexibilité mentale que bien des élèves de cet âge n'ont pas ! C'est beau, mais on s'y perd !

    Lire et écrire, encore et encore ! Faire et refaire, à l'identique ... en introduisant progressivement des changements !

    L'entraînement, dans tout apprentissage, foi d'sportif , est indispensable ! Question de quantité ! Bon ça suffit pas, encore faut-il s'entraîner sur les bons contenus.

    Alors j'vais vous dire!

    Pour mes élèves en difficulté, la descente au phonème est une descente aux enfers ! Y z'ont beau faire , ils n'entendent pas ce bruit qui de toute façon ne s'entend pas la plupart du temps ! 

    Et si on passait par la syllabe, cette entité sonore que les élèves français apprennent à compter avec succès, sans comprendre toujours réellement à quoi ça sert de savoir compter les syllabes!

    Écrire, observer, comparer, écouter, ... 

    > le "cha" de chapeau, chameau, château ! 

    > le "ra" de radis, radeau, rat, ...

    Mémoriser des syllabes que l'on saura reconnaître, écrire pour progressivement comprendre que R et A font RA!

    Et pour ça, il faut s'entraîner, répéter, mémoriser, ...

    Et le sens , me direz-vous ! Et le plaisir !

    Le plaisir se situe d'abord dans la réussite, dans le sentiment de comprendre ce qui se joue à l'école !

    Bon vous fâchez pas les z'amis... Suis sûr de rien ! 

    J'observe, j'essaie... et je vois si ça marche ou pas !

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Bon, en ce début d'année j'avais pris une bonne résolution: ne plus écrire, disparaître du WEB, du paysage pédagogique... 

    Mais force est de constater que j' ai besoin de ces temps d'écriture pour échapper à... l'ennui!  Même si je suis comme tous les directeurs totalement surchargé en cette rentrée 2015!

    Faut vous dire, chers z'amis, que je retire de la Toile ces jours-ci, une idée innovante reprise par quelques-uns de mes plus éminents correspondants.

    Et si l'innovation se nichait dans une réforme qui interdirait toute nouvelle réforme pendant 10 ans ?

    L'alternance politique (comme dirait un historien de l'enseignement bien connu) tue l'école.

    Le renouvellement incessant décourage  - attendons la suivante - et engage dans la précipitation.

    Il n'y a qu'à observer l'arrivée des nouvelles évaluations diagnostiques au CE2, utiles  et plutôt bien conçues ...

    Elles ont mis longtemps pour arriver dans nos classes , et il faut les mettre en place immédiatement, dans un temps surchargé. N'est-ce pas la meilleure façon de passer à côté d'un outil néfaste pour l'évolution du climat de notre planète, mais néanmoins intéressant ? Parce qu'il n'y a pas que la forme, il y a le fond ... et ça, il faut le sortir de l'implicite. 

    Bon, il faut m'y résoudre, j'aurai pas le temps !

    "Et moi, c'qui m'tue, c'est d'pas avoir le temps !"

    Reste à savoir quelle réforme on garderait 10 ans, et là, on s'ra pas tous d'accord !!

     

     


    votre commentaire
  • On m'dit souvent que "instit90" , le site péda, est labyrinthique, qu'il se mérite, qu'il faut savoir ce qu'on y cherche, qu'il ne correspond pas aux critères du supermarché du WEB !

    Ben oui, c'est pas du tout cuit, quoi! Et c'est voulu !

    Mon projet, c'est bien de tenter d'illustrer une démarche d'investigation de la difficulté!

    Observer, écouter, faire des hypothèses sur les besoins au regard de ce que je connais des problématiques, inventer des pistes de remédiations, ...

    J'essaie d'éviter tant que faire se peut, la consommation de fiches... Alors oui, il faut faire un effort !

    Ce que je cherche à illustrer c'est une posture ! Quand on ouvre la porte, c'est qu'on se pose une question ! On peut aussi venir m'accompagner dans... ce questionnement: vous êtes les bienvenus!

    Bon, on y trouve aussi du clé en main (cycle3 en math, EPS, ...) , mais ce n'est plus ce qui m'intéresse.


    votre commentaire
  • Ben non, vous n'trouverez pas de pub sur le site pédagogique instit90  ... Pour mes autres sites (instit90 blablate pédagogie, Directeur90, La Rucklin) , c'est une autre affaire, car j'utilise des plateformes gratuites qui imposent leur pub... 

    Le parti pris il y a longtemps, c'est la gratuité

    Mon premier site a vu le jour alors que j'étais maître formateur, et il me semblait normal de partager gratuitement des documents issus d'un temps rémunéré par l'état ! Sans les opportunités des formations offertes dans mon cadre de travail, sans les rencontres déclenchantes d'un environnement professionnel d'une richesse peu commune, jamais je n'aurais pu produire mes modestes contributions ! Sur ces mêmes bases, j'ai refusé la publication de certains de mes documents pour en conserver le libre accès !

    La deuxième raison, c'est que, sans être littéraire pour un sou, j'adore les librairies et les libraires... Alors, il est hors de question d'encourager le cannibalisme commercial!

    La troisième raison, mais ça c'est plus sujet à discussion, c'est qu'une idée,  dans notre domaine, n'appartient à personne!

     

     

     


    votre commentaire
  • Retrouver ses élèves de classe unique 28 ans après ! Projet un peu fou !

    "Oh oui, faisons-le!" 

    Chose faite après quelques contacts...

    28 ans passés, retrouvailles ... entre impatience et inquiétude! Qui allons-nous retrouver ?

    Enfants devenus adultes, adultes-enfants, enfants toujours ...

    Tutoiement immédiat, émotion, sourires, regards, distance et bien vite, souvenirs enjoués, bêtises avouées, ..

    Confidences chuchotées, comme si la maîtresse était à nouveau là pour recevoir, tels les chagrins enfantins d’autrefois, les blessures intimes infligées par la vie, … 

    Que reste-t-il de ces temps lointains ? Les personnes qu’ils étaient déjà, au-delà des réussites et des fautes d’orthographe , des passions et des inappétences scolaires qui cachent de belles qualités ! 

    Apprenons à écouter ces enfants cachés derrière nos élèves  ! Quoiqu’en pensent les contempteurs d’une humanité refusée, nous sommes pour nos élèves, bien plus que des transmetteurs de savoirs !

    Nous sommes des passeurs, et il faut parfois tendre la main, donner un regard, trouver les mots … pour aider à franchir ce qui ne se voit pas toujours mais qui empêche d’apprendre, d’être parfois !

    Je vous préviens, vieillir fait regretter tous les moments d’humanité manqués !

    Il y a des mots ou des regards dont on se souvient toute sa vie , des mots qui blessent plus que des coups, des mots qui offrent le plus beau des cadeaux…  le réassurage si ce n’est la résilience, parfois ! 

    "Ne regrettez pas le temps passé à l'école, ils vous le rendront 1000 fois !"


    1 commentaire
  •  

    Le directeur éponge journellement les difficultés des uns et des autres, petits et grands...

    Trouver de l'argent pour qu'une famille sans logement puisse se nourrir, chercher des chaussures à un enfant qui arrive d'un camp de réfugiés, gérer un enfant en détresse d'avoir été agressé sur le chemin de l'école, recevoir la fatigue d'un collègue,  absorber la colère d'un enfant à trouble du comportement, réfléchir aux meilleures stratégies possibles pour conduire des élèves en difficulté vers la lecture et le calcul, chercher les meilleurs moyens d'associer les parents à la scolarité de leurs enfants...

    Et malgré toutes ces occasions de baisser les bras, le directeur doit maintenir une couleur positive, rester optimiste ... pour ne pas se laisser aller dans le gris , cette couleur vers laquelle on glisse si facilement! 

    Il y a des directions sur lesquelles il ne faut pas rester trop longtemps, au risque de perdre un engagement qui , malgré tout, doit rester actif, créatif  et positif !

    Être directeur en REP... c'est usant, et il faut savoir partir .


    votre commentaire
  • Réunionnite... Comment l'éviter?Réunionnite, la maladie du siècle ?

    J'sais pas si z'êtes comme moi chers collègues, mais j'passe un nombre non négligeable d'heures en réunions diverses et variées!

    Et encore, je fais le tri ! Avec parfois quelques rappels à l'ordre !

    Hein ? Quoi ? Moi aussi j'organise des réunions ? Est-ce que je n'inflige pas à mes collègues la "réunionnite" ?

    Question cruciale, chers directeurs en herbe, si l'on veut développer le travail d'équipe! Quand on veut convaincre de son utilité, la première condition, c'est d'éviter le sentiment de perte de temps !

    Première condition, on ne se réunit pas pour se réunir ! J'exagère ? Que nenni ! Qui n'a pas déjà eu cette impression?

    Alors, pour l'éviter, il faudra veiller à l'authenticité du projet qui doit engager chacun des acteurs ! Cette condition nous renvoie au projet global, à sa clarté et à sa lisibilité  !

    Clarté et lisibilité, Fijalkowien oblige ! 

    La deuxième condition est une question de technicité!

    D'abord identifier clairement celui qui anime !

    Pas de réunion sans ordre du jour transmis à l'avance, sans "techniques d'animation" (comme dans une classe) , sans timing et surtout sans idée claire de ce qu'on en attend !

    Perso, je commence toujours par une phrase rituelle ...

    "Quand nous nous nous quitterons tout à l'heure, nous aurons répondu à telle ou telle question, pris une décision sur, organisé...."

    Bref, annoncer le menu comme au restaurant ! Mais aussi, conclure par une rapide synthèse des avancées du groupe ,  pour rappeler les décisions prises, les échéances, la suite à donner, ... avant de transmettre à chacun un compte rendu écrit !

    Comme avec des élèves vous dis-je ! Pas de fin de séance sans ouverture sur la suivante !

    Mais si la réunionnite était d'abord l'affaire de tous ? 

    Il est bien commode de renvoyer l'inutilité d'une réunion à un seul (le directeur dans le cas qui nous préoccupe!), auto-protection de celui qui veut  se dédouaner d'une part de ses responsabilités collectives!

    Que faites-vous , oui VOUS ...  pour que vos travaux collectifs soient productifs ?

    Alors, pour que chacun prenne bien conscience de ce qui se joue dans ces moments-là, nous testons dans notre école, la technique du pilotage !

    Chacun prend en charge un sujet ou un projet, qu'il pilote et anime... 

    Et ça change bien des choses!

    Quand on se retrouve dans la position d'animateur, on comprend les contraintes et difficultés de celui qui officie : on ne corrige plus ses cahiers, on évite les apartés bruyants, on apprend à être là pour le sujet et pour la personne qui conduit la réunion!

    Le respect s'installe ! Si, si ... le respect !

    Il y a en outre une valeur ajoutée à ce système: la valorisation des personnes qui trouvent une place reconnue dans le groupe !

    Et chers amis, il en va des adultes comme des enfants: nous avons tous besoin de faire l'expérience de la réussite, y compris dans le collectif !

    Le directeur est là pour favoriser l'émergence de cette expérience !

    Ma plus belle récompense cette année? 

    Quand j'ai surpris une collègue, à l'issue d'une réunion de 4 heures un samedi matin, confiant à l'une de ses voisines:

    "Ah c'était bien, j'ai appris plein de choses aujourd'hui!"

    Ce n'est pas moi qui animais ce matin là, mais des collègues qui ont capté, captivé, apporté le fruit de leur travail, ... éprouvé le plaisir de la reconnaissance de leurs pairs !

    Plus beau jour de mon année professionnelle !

     

    PS / Merci à mon tweet'ami pour son illustration ;-) Mieux vaut un bon dessin qu'un long discours...


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique