• Des vacances à Dehaene, en passant par Borel

    Déjà

    comme aurait dit, ou plutôt "phonémisé" not'amie Borel-Maisonny , ou nos professionnels de l'aide pédago-médicalisée...

    Méthode phonético-alphabético-gestuelle, comme recours miracle aux méthodes globales que je n'ai jamais vues, ou à démarrage semi-global qui ont par contre envahi un temps nos écoles (Gafi, ...) !

    Ces dernières avaient l'avantage de lier apprentissage de la compréhension, sens de l'activité et apprentissage du code, mais le défaut d'engager les apprentis-lecteurs dans des reconnaissances iconographiques dont nos amis neuro-chercheurs disent qu'elles mobilisent des zones du cerveau non utiles pour la lecture...  Bon, bon, j'veux bien l'croire, j'sais pas lire une imagerie médicale, et j'me suis toujours senti p'tit joueur face à ces éminents scientifiques orateurs... Ce qui me gêne un peu, c'est qu'aujourd'hui, plus personne n'ose les contredire ! 

    J'ai même lu ici ou là que des programmes pédagogiques issues de ces recherches auraient échoué: j'ai cherché sur le web et pas trouvé, alors si l'un de mes rares lecteurs a déniché quelque chose, j'suis preneur !

    Bref, j'sais pas lire les images médicales, mais j'sais observer mes élèves dans l'action, et je constatais régulièrement les difficultés issues des pratiques en question: représentations erronées du fonctionnement de la lecture et enfermement dans des pratiques inefficaces, élèves perdus très tôt, etc. ...

    Actuellement, les méthodes "phonémo-syllabo-alphabétiques" envahissent à nouveau nos salles de classe... et force est de constater que les élèves en difficulté d'apprentissage de l'écrit existent toujours !

    Et si Borel fonctionnait comme recours aux méthodes honnies simplement parce qu'elle venait en rupture avec une pratique singulièrement inefficace ? 

    Nos amis spécialisés en remédiation "médico-pédagogique" doivent être bien embêtés !

    Les (des) solutions restent à trouver !

    Peut-être du côté des neuro-sciences ?

    Des vacances à Dehaene, en passant par BorelBONNES VACANCES... et vous pouvez toujours aller écouter S. Dehaene, c'est toujours un plaisir !

     ...

    La reconnaissance visuelle des mots > http://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/course-2007-04-26-09h30.htm 

    Vers une physiologie de la lecture 1/2> http://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/course-2007-05-03-09h30.htm

    Vers une physiologie de la lecture 2/2 > http://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/course-2007-05-10-09h30.htm

    L'hypothèse des deux voies de la lecture > http://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/course-2007-05-31-09h30.htm 

    Variabilité culturelle et universalité des mécanismes de la lecture > http://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/course-2007-06-07-09h30.htm

    Les mécanismes cérébraux de la dyslexie > http://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/course-2007-06-21-09h30.htm 

    La guerre des Scienceshttp://eduveille.hypotheses.org/5704

    Article du monde (Goigoux) apprentissage-de-la-lecture-depassons-l-opposition-archaique-entre-methode-syllabique-et-methode-globale 

     

    « Voeux"Laissez vos enfants vous obéir !" »

  • Commentaires

    1
    Bécassine69
    Dimanche 22 Décembre 2013 à 15:32

    Bonjour

    Je lis régulièrement (tard) tous vos petits billets matinaux.

    Mon avis : Borel et les Alphas sont deux méthodes miracles pas très miraculeuses... juste deux bonnes idées de départ qui n'auraient pas dû s'ériger en méthode.

    Sinon, je réponds par une question : j'ai cherché sur le net sans trouver, comment les petits anglais apprenaient à lire, sachant que leurs sons-voyelles sont peu compatibles avec une méthode "phonémo-syllabo-alphabétique" comme vous dites : plusieurs graphies (jusqu'à 5)  pour un son et en même temps, plusieurs sons possibles pour chacune de ces mêmes graphies.

    J'ai demandé à une anglaise, elle n'a pas su m'expliquer, et j'ai cru comprendre que tel mot se lisait comme ça, parce qu'on le lit comme ça : comme si elle l'avait appris de façon globale.

    Bonnes vacances à vous !

     

    2
    Bécassine69
    Lundi 23 Décembre 2013 à 11:22

    Un bout de réponse par Stanislas Dehaene (merci pour le lien) : pour atteindre un niveau de lecture équivalent, les petits anglais mettent 2 ans de plus que les français, qui eux-mêmes mettent beaucoup plus longtemps que les italiens ! Il l'explique par le niveau de transparence orthographique d'une langue.

     

    3
    Mardi 24 Décembre 2013 à 07:42

    Oui... Mais pourquoi les Belges réussissent-ils mieux que nous ?

    4
    Jeudi 26 Décembre 2013 à 09:55

    Heu non, les Belges ne réussissent pas mieux... En tout cas, nous avons toujours ces élèves en difficulté pour lesquels nous ne trouvons pas de solution. Nous nous battons avec les mêmes méthodes, les mêmes difficultés, les mêmes embûches... Chaque enfant est tellement différent dans ses apprentissages que ce qui nous permet à lui et à nous enseignants d'avancer c'est de trouver ce qui lui convient à lui personnellement... Actuellement je dirais que, dans ma pratique, différencier et individualiser au maximum et rechercher et travailler les stratégies mises en place par chacun me permet d'avancer avec toute ma classe... Certains rapidement, d'autres plus lentement. En fin de semaine, je veux que chacun puisse constater que oui il a appris, compris, amélioré, approfondi quelque chose! Ce sentiment de progresser qui vous encourage...

    5
    Valentine
    Vendredi 27 Décembre 2013 à 00:14

    Est-ce ces articles auxquels vous faisiez référence? 


     


    www.cafepedagogique.net/searchcenter/pages/results.aspx?k=zorman 


     


    Merci en tout cas pour ces réflexions!

    6
    Valentine
    Vendredi 27 Décembre 2013 à 00:16

    Oups! Titre de l'article  :  l'inspection débranche les expérimentations Blanquer

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :