• Émilio

    ÉmilioVoici l'histoire d'Émilio que j'ai racontée lors du dernier Discut'Café. C'est un propos entendu ce jour-là, qui m'a fait penser à lui..

     

    Émilio avait 20 ans, ailleurs ... au début du siècle dernier.

    Promis au séminaire par une famille pauvre, il s' enfuit pour échapper à une vie qu'on avait choisie pour lui.

    Il se maria, et le couple eut ses premiers enfants. Misérable, il peinait à nourrir tout son monde...

    Il décida de partir, trouver une vie meilleure, pour lui et sa famille...

    Partir, entre espoir et inquiétude, crainte de l'inconnu... dans un autre pays dont il ne connaissait pas la langue. Question de survie, de dignité aussi!

    Arrivés en France dans les années 20, ils finirent par s'installer dans un village près de Ronchamp, ville du puits Arthur, le plus profond d'Europe.

    Il devint mineur de fond ! Quand il remontait, on ne voyait de son visage noirci que ses yeux bleus.

    Émilo et son épouse eurent d'autres enfants, qu'on appelait les pouilleux dans un village fermé, refusant l'arrivée de ces travailleurs étrangers. Pouilleux, ils ne l'étaient pas, mais les poux des autres, c'était forcément eux !

    Émilio perdit bien vite son épouse , morte en couches...

    Cinq enfants, un salaire insuffisant, Émilio prit un deuxième emploi.  Quand il remontait du fond, il "faisait le bûcheron" , du fond de la terre au fond des bois ! Pendant ce temps, les grands s'occupaient des petits !

    Le père, épuisé, rentrait tard le soir et faisait manger ses enfants, assis tous en rond autour d'une casserole de lait chaud. Chacun y trempait son pain.

    Émilio, chaque soir ne manquait jamais de demander à ses enfants ce qu'ils avaient fait à l'école !

    "Vous avez de la chance , disait-il , d'aller à l'école. J'aurais tellement aimé apprendre tout ce que vos savez !"

    Émilio est mort sans avoir eu le temps d'apprendre le Français.

    Tous ses enfants ont fait leur vie autour de Ronchamp, berceau d'une famille devenue française, viscéralement française, attachée à ses valeurs républicaines et humanistes.

    Les enfants de ses enfants ont tous fait des études: enseignants, ingénieurs, infirmières, ...

    Émilio, c'était le grand-père de mon épouse... Je ne l'ai pas connu, ... ou plutôt si, je l'ai connu, tellement il est là, encore ... dans la famille !

    Émilio, c'est l'histoire ordinaire d'un homme ordinaire, acharné à trouver la dignité pour les siens !

    « Le partage est une prise de risquesCarte mentale de la Direction »

  • Commentaires

    1
    la "Joce"
    Samedi 24 Mai 2014 à 11:44

    Merci pour cet article... Très émouvant... Et quelques fois, un exemple bien choisi vaut mieux qu'un long discours...

    Bises à vous deux

    2
    Olivier88
    Lundi 26 Mai 2014 à 23:09

    Merci de me rappeler cette école de Ronchamp où j'ai fait un remplacement en... 87 ...ce ne fut pas un très bon souvenir... Mais je m'en souviens comme si c'était hier... C'était la véritable école républicaine... Avec ces "Emilio" et ces "Jean-Édouard"....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :