• "Explicite"? Vous avez dit "Explicite" ?

    L'école s'appuie encore très souvent sur les bonnes réponses pour dérouler une séquence, dans un jeu de questions réponses savamment orchestré par un maître omniscient.

    Le bon élève excelle à ce jeu, il est indispensable au maître qui le valorise continuellement. 

    Ce fonctionnement laisse (laissait?) dans l'ombre tout ce qui est de l'ordre des procédures mentales nécessaires à l'élaboration de la réponse.

    La bonne réponse n'outille pas nos élèves en difficulté! La seule réussite pas davantage !

    Le constat est partagé, la réponse pédagogique l'est beaucoup moins ? Comment outiller nos élèves ? Comment les amener à prendre conscience de l'activité mentale à mettre en oeuvre pour réaliser une tâche, comment les outiller sur ce qui, par nature, est caché dans une boîte noire peu accessible ?

    Enseignement explicite des procédures ! Of course !

    Cette nécessité fait l'unanimité parmi les enseignants ! 

    La réponse est souvent frontale !  Et l'enseignant de se montrer en individu pensant, explicitant (verbalisant) comment il s'y prend, lui qui sait, pour faire ! 

    Enfant docile, cherchant à reproduire les recettes forcément bonnes de son maître omniscient.

    Mais au fait, la procédure proposée tient-elle compte de l'enfant caché derrière l'élève? S'autorise-il à penser ?  Quelle représentation a-t-il du problème posé? Ce problème le questionne-t-il ? La procédure proposée ne vient-elle pas en concurrence, déstabiliser, mettre de la confusion dans ce qu'il a lui même commencé à construire, à notre insu ?

    Donner des procédures externes, ou faire émerger  des procédures d'un problème partagé ? Accueillir la pensée de l'enfant comme quelque chose qui porte du sens pour l'autoriser à penser par lui-même, ou lui imposer une pensée experte ?

    La pensée d'un enfant n'est pas la pensée adulte: elle est imature et se construit irrègulièrement, par bonds successifs souvent imprévisibles, de représentations en représentations, de déconstruction en reconstruction, ...

    Qui n'a jamais entendu "Ah, ça y est, j'ai compris" ne connaît pas le bonheur d'enseigner.

    Le fait d'opposer à la pensée enfantine un système d'enseignement scientiste , savamment ordonné du simple au complexe, dans lequel l'adulte  se montrerait comme seul modèle pensant, est-il la seule voie efficace ? 

    Et si la solution se trouvait entre les deux, dans un savant dosage d'outillage construit et transmis.

    Un préalable...

    Accueillir la pensée de l'enfant comme quelque chose qui a du sens pour autrui (le maître, l'adulte) ... condition de l'autorisation donnée à penser.

    Accueillez-vous la pensée de l'enfant ? L'autorisez-vous à penser ?

    « Des Écoles Normales aux ESPEBibliothèque humaniste de Sélestat »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :