• Expliquez-nous...

    Expliquez-nous...De plus en plus d'élèves, bien que parfois nés en France, ne possèdent plus un niveau de Langue suffisant pour apprendre dans de bonnes conditions. Je ne suis pas sociologue, je n'ai aucune explication à donner, je fais juste un constat !

    Prononciations difficiles, émission de phrases mots, incapacité à répéter une phrase simple même courte au CP, syntaxe réduite au minimum , variations temporelles  incorrectes et inappropriées, lexique réduit au langage quotidien et utilitaire, incapacité à exprimer une pensée en français... Déficit langagier qui dure !

    Quand les élèves ne maîtrisent pas suffisamment la langue française, langue d'enseignement, la construction des savoirs devient chaotique, tout devient obstacle, tout se complique très vite !

    C'est vrai pour tous les enseignements, dès l'apprentissage de l'écrit au CP, c'est encore plus vrai , programmes obligent,  dès que l'on s'attaque à la réflexion sur la langue elle-même. 

    Grammaire, conjugaison, orthographe, ...

    Et d'enseigner à ces élèves qui n'ont pas la musicalité de la langue , des disciplines inaccessibles sous des formes scolaires traditionnelles prévues pour des enfants francophones,  et dans une temporalité inadaptée !

    Comment ? Comment ? Mais tu es donc scandaleusement ignorant, ignare pour tout dire , la honte de ta profession ! Ne sais-tu pas que c'est en réfléchissant sur la langue, en comparant les systèmes de fonctionnement des deux langues que l'on fait justement des progrès en ... français ?

    Bon, bon , ... suis ignare c'est vrai, mais moi qui m'confronte au problème , je sais bien que le langage en émission est à la base des progrès langagiers et que ce qui pose problème, c'est que l'on enseigne à ces élèves, la grammaire de la même façon et avec la même temporalité que pour les autres.

    Et on s'étonne qu'ils ne réussissent pas !

    Alors chers twit'amis, chers formateurs et cadres de ma TL, je vous le demande... comment peut-on faire avec ces élèves intelligents mais handicapés par la méconnaissance du français ?

    Et si à la place de l'anglais ou de l'allemand, on proposait à ces enfants, une enseignement de type FLE puisqu'ils  maîtrisent déjà une langue "étrangère" ?

    Et si on formait les enseignants à cette nouvelle dimension du métier ?

    Mais les facteurs de progrès ne sont pas seulement humains, ils sont parfois structurels ! Quels aménagements des programmes, quels rythmes, quels personnels, ... ?

    Il faut trouver des solutions , ou se préparer à ce que les résultats en éducation prioritaire continuent de baisser !

     

    « Et si c'était simple ?Le Directeur et ses adjoints »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 26 Décembre 2014 à 09:11

    Dans les établissements français à l'étranger (AEFE, Mlf) il y a naturellement des cours en FLE.

    A travers une liaison académique et avec les possibilités de partage de cours que proposent des ENT pédagogiques comme itslearning, il serait facile (techniquement) de donner accès à des néo-arrivants en France à des cours écrits, audio et vidéos donnés à des élèves dans ces établissements hors de France...

    D'un point organisationnel voire administratif, c'est certes une autre problématique.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :