• Histoire de trottoir

     

    Je passe tranquillement sur un trottoir de Belfort, quand mon attention est attirée bien malgré moi par les mots « maître, école, punition, … ! »  

     

    Alors là, fois de névro-pédago, je ne peux m’empêcher de dresser l’oreille !  

     

    « Hein quoi, comment, tu es puni ? Ce n’est pas toi qui as commencé ? (…) Je ne suis pas d’accord ! Tu ne feras pas ta punition ! »  

     

    Cette maman condamnait donc une sanction posée par l’enseignant, sans le moindre précaution, sur la seule parole de l’enfant!  

     

    « Mon enfant n’est pas un menteur, je le connais ! » Quel enseignant n’a pas entendu cet argument suprême, incontestable aux yeux de parents-enfants! 

     

    Mais non, chers parents, la parole de l’enfant n’est pas forcément « vérité » !  

    Il y a fort à parier que ces enfants soutenus inconditionnellement et systématiquement contre l’adulte sauront exploiter cette faille éducative…  

     

    Alors, parents qui lisez ces quelques lignes, avant de prendre parti sur des bases émotionnelles, cherchez plutôt à comprendre ce qui s’est réellement passé en rencontrant le maître concerné : il saura sans doute vous expliquer la réalité des faits ! 

     

    Si la « sanction-réparation » est justifiée, alors appuyez-la, si le maître s’est trompé (ça peut arriver, personne n’est infaillible !)… alors il saura le reconnaître !

    Pour un enseignant, ce n’est pas se déjuger que de revenir sur une sanction mal posée, c’est au contraire l’assurance d’une autorité reconnue ! Pour un parent, ce n’est pas un défaut d’amour que d’approuver fermement la sanction posée sur les actes de son enfant ! Ce n’est pas lui que vous réprouvez, c’est ce qu’il a fait ! 

     

    Dans tous les cas, le règlement intérieur de l’école, approuvé par le conseil d’école, est là pour définir les droits et les devoirs de chacun. Toute sanction ou réparation doit être comprise: le règlement intérieur est souvent trop méconnu et trop peu utilisé! 

    Un règlement intérieur vivant permet à l’enseignant de ne jamais poser lui-même la sanction : "Qu’as–tu fait ? Que prévoit le règlement ? Que devras-tu donc faire ? (sanction ou réparation prévue par le règlement)" 

    Une sanction comprise est souvent moins contestée... même si ce n'est pas une garantie absolue. Tout est question de confiance, d'alliance et de valeurs partagées! 

     

    À PROPOS, si une sanction ou une réparation justement dosée et bien comprise a sa valeur éducative, pourquoi ne pas valoriser en parallèle... les comportements positifs?

     

    Les collègues intéressés pourront se référer à un travail entrepris dans ma classe de cm1 ... les ceintures comportementales .

     

    « De mes casseroles à la pédagogie...Le niveau baisse... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :