• Idées reçues

    Une certaine presse,  sous une plume que j'aime lire chaque semaine, oppose à propos d'école, dans un discours trop banal pour tant de talent ,  "bienveillance" et "rigueur", "écoute" et "exigence", … associe "accueil" et "compromission", "évaluation positive" et "laxisme"… 

    En direct du RucklinisthanEt d'entendre des arguments éculés , mille fois entendus quand on cherche à s'opposer à tout changement, dans un désir névrotique de retour aux "supposées" bonnes valeurs du passé, dans l'espoir inconscient de s'épargner des efforts qu'une politique volontariste impose.

    "Ce n'est pas en cassant le thermomètre qu'on soigne la maladie !"

    Et d'attendre le retour d'une école fantasmée qui n'a jamais existé, d'exiger un retour improbable des moutons égarés vers les valeurs de l'école qui sont sensées être universellement partagées.

    Une école immuable, immobile… dans une société en profonde mutation ! Une école se centrant sur la seule transmission des savoirs, renvoyant à la famille l'éducation de ses enfants !

    Ben oui, mais comment fait-on quand la famille est à mille lieues des valeurs de l'école ?

    En pédagogie comme en médecine, on s'intéresse à l'anamnèse du sujet, et il est question de diagnostic et de stratégie pour soigner le malade ou ramener l'élève récalcitrant , les familles en rupture dans le giron de l'école, … On n'attend pas qu'il guérisse tout seul, ou alors on est adepte de  sélection naturelle !

    On peut être accueillant et exigeant , strict et bienveillant, ambitieux et pédagogue, défendre les valeurs de l'effort et du travail tout en jouant tactiquement sur le plaisir de la réussite et du progrès rendu possible ...

    Attendre que les élèves et leurs familles reviennent  aux mêmes valeurs éducatives  que l'école, comme sous l'effet d'une main divine...

    ou

    prendre le taureau par les cornes, mettre les mains dans le cambouis et chercher des moyens pour ramener tout le monde vers des valeurs partagées, dont l'effort, le travail, l'exigence, la responsabilté … font partie.

    Il ne suffit pas d'exiger pour que les choses se produisent !

    Nous cherchons quant à nous,  à être "exigeants" et "bienveillants", "accueillants" et "distants" dans un rapport "symbolique" , "clair" et "intransigeant" à la règle et à la loi !

    Si nous parlons de plaisir à l'école, c'est bien pour ramener nos élèves consuméristes vers le plaisir de l'effort et du travail qui mène à celui de la réussite !

    En direct du RucklinisthanComme dans le Subway New-Yorkais des années 80 soumis à un vandalisme excessif, nous ne laissons rien passer des comportements irrespectueux, d'où qu'ils viennent, et nous appliquons paradoxalement écoute et intransigeance… ! 

    Opposer au parent en rupture, celui qui vient violemment à l'école contester ses valeurs, une fin de non recevoir, lui renvoyer ses comportements en miroir, fermer ses portes au dialogue ne font que renforcer chacun sur des positions sans rencontre possible…

    L'école reste alors ce no man's land de tous les affrontements possibles.

    Comme dans les années du certificat d'études et des images d'Épinal, nous nous acharnons à la réussite, dans une volonté que nous espérons contagieuse, ...

    Cette politique est exigeante pour ses acteurs, impose à  chacun d'entre nous un effort quotidien, de tous les instants, une rigueur absolue de respect d'un cadre connu… C'est incroyablement fatiguant !

    Et nous sommes nous aussi, pauvres humains, parfois pris en défaut !

    Ramener aux valeurs de l'école, de la République ! Ça ne viendra pas sans effort!  Pour nous aussi ! 

    Alors , Messieurs les "contempteurs du présent" , nous revendiquons notre droit à l'hypothèse, ce qui n'enlève rien à votre liberté, celle qui consiste à essayer une autre voie dont nous pourrons peut-être nous enrichir !

    Nous essayons, et allons continuer d'essayer, parce que nous refusons d'attendre stérilement ce qui ne viendra pas tout seul.

    Je vous propose, pour finir, cette citation d'E. Morin, sociologue et philosophe:

    "Si nous perdons le futur, si le présent est réduit à l'angoisse et si le passé devient un refuge fanatique et clos, nous sommes foutus. "

    En direct du Rucklinisthan

     

    « Notre école sur un site nationalEn vacances ? »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :