• Inclusion, oui mais...

    Je dédie ce billet à tous ces collègues qui se dévouent sans compter, dans l'anonymat, et sans reconnaissance la plupart du temps !

    ...

    L'école depuis la loi de 2005 se veut inclusive… envers et contre tout.

    Nous accueillons en ce moment Karim, un petit garçon aveugle qui arrive tout droit de son pays lointain. Aveugle et allophone !

    Branle-Bas de combat dans l'école: comment faire ?

    Contact est pris avec les grands centres spécialisés: Lyon, Paris, … Sans succès ! Personne ne sait comment faire avec ce qui constitue, au moins provisoirement, un double handicap !

    Ce cas de figure est, semble-t-il, inédit… 

    Pour nous, il y a une priorité: lui donner le pouvoir de communiquer ! Ne serait-ce que pour pouvoir exprimer ses besoins fondamentaux: "j'ai soif, j'ai faim, j'ai besoin d'aller aux toilettes, …"

    Éviter à cet enfant des journées interminables dans un espace dont il ne sait rien, ne voit rien, ne comprend rien.

    La langue française, une priorité…. pour se sentir bien ! 

    Appel à l'UPE2A… ils  ne savent pas faire, n'ont pas le temps ! Il y a d'autres priorités déjà en cours , qu'il est impossible d'arrêter! Tout le monde est débordé!

    Mais pour nous, Karim  est une priorité absolue !

    Il y va de son bien-être: question d'humanité !

    École livrée à elle même , ou presque … sans formation, sans qualification et sans anticipation possible ! Il a fallu trouver à l'interne des ressources indisponibles ou inexistantes à l'extérieur (avec l'aide du C.P) : une maîtresse exceptionnelle de bienveillance et de volonté , un rased réactif, une EVS formidable, un papa pédagogue, des élèves accueillants, ...

    J'ai essayé de mobiliser pour ne pas laisser la maîtresse seule, pour faire de cette arrivée un enjeu d'équipe! Équipes éducatives, mobilisation de l'équipe de circonscription, ressources internes et externes, acceptation d'une diminution des aides à la Direction en dédiant notre EVS à l'accompagnement de Karim dans la classe, ...

    Mais ne nous faisons pas d'illusion: c'est bien la maîtresse de la classe d'accueil qui assume la plus grande part de cette responsabilité !

    Une somme d'incompétences, mais une tonne de bienveillance: invention, créativité, bricolage à tous les niveaux... …

    Charlotte la Maîtresse de la classe, Marie Jo la maîtresse RASED, Martin l'éducateur musical, Sylvie l'éducatrice sportive, Yannick de la MDPH, Dominique l'EVS empathique et patiente, … 

    Le Directeur, qui accepte de faire une heure de bureau supplémentaire chaque soir pour compenser le travail de l'EVS...

    Karim pousse à l'invention !

    Et Karim le rend bien à l'école !

    Des élèves ouverts sur la différence, une éducation citoyenne en vrai, ...

    Un sourire incroyable et un désir d'apprendre qui fait parfois tellement défaut à d'autres ! Il nous offre chaque jour son bonheur d'être là !

    En quelques mois, Karim a fait d'incroyables progrès : il communique en français, joue dans la cour de récréation, ...

    Coopération exemplaire avec un papa qui participe à la réflexion de l'équipe: sans lui, nous n'aurions pas pu faire ! Il était le seul disponible et connaissant la nature du handicap de son enfant!

    La première phase de cette inclusion est réussie: l'enfant est heureux parmi nous, commence à apprendre  des éléments du programme, il devient élève petit à petit! 

    Mais l'inventivité a des limites… Quels apprentissages viser? Comment enseigner  l'abstraction des programmes quand un enfant ne voit pas et ne comprend que très partiellement la langue ?

    L'école a besoin d'accompagnement pour éviter que le sentiment valorisant de réussite ne se transforme en difficulté culpabilisante ! 

    Et là, c'est long, c'est long !

    L'inclusion, l'honneur de l'école de la République , l'honneur de gens de bonne volonté, des humanistes méconnus et non reconnus  !

    Oui à l'inclusion, mais il faut y mettre les moyens pour ne tromper personne !

    Stop au bricolage ! 

    « Gazette 31Valse des mots, Tango des idées »

  • Commentaires

    1
    Olivier88
    Mardi 27 Mai 2014 à 06:49

    Bravo... Belle inclusion, mais non institutionnelle, et pourtant elle sera prise en exemple comme institutionnelle.

    je suis assez admiratif de la capacité de certaines équipes à se mobiliser et à répondre souvent bien mieux que quelques professionnels référents établis...

    bonne journée et bon long week-end

    2
    Mercredi 4 Juin 2014 à 10:36

    Bonjour, je ne peux qu'imaginer le sentiment d'impuissance dont vous avez dû être victime; bravo d'avoir relevé la tête et de vous être battus tous ensemble pour ce petit! 

    J'ai débuté avec une enfant aveugle en CM1, ça a été très long pour obtenir du matériel, c'était en plus les débuts de la MDPH. Il nous reste, à l'école, des livres en braille, si ça peut vous être utile. Une association "traduisait" en braille les ouvrages de la classe à la demande.

    Mon élève avait appris à lire avant sa cessité, l'AVS a appris par elle-même le braille, sur internet, puis l'a transmis à mon élève. 

    On se rend compte, dans ces cas-là, que tout dépend énormément de la "bonne volonté" et de l'investissement des humains, plutôt que de celui de l'institution.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :