• "J'aime pas l'école !"

    "J'aime pas l'école!"

    Lina, Luigi et José ... n'aiment pas l'école, ils le disent, ils le montrent dans leur attitude, parfois dans leurs relations aux autres, au maître... Ils n'aiment pas l'école, ils ne sont pas élèves !

    Difficile à entendre pour des enseignants engagés, et pourtant, c'est une parole d'enfant qu'il faut chercher à comprendre...

    Mais pourquoi, Lina, Luigi et José, malgré tous nos efforts, n'aiment-ils pas l'école ?  

    Je préfère jouer, dit Luigi, je veux rentrer chez moi... 

    Luigi perçoit l'école comme un espace de contraintes, d'activités gratuites, toujours identiques - On fait toujours la même chose! - et se fait gronder très souvent. Il faut dire que Luigi va se frotter au cadre sans arrêt et que sa maîtresse commence à en avoir assez. Luigi est tourné vers la réalisation immédiate de ses désirs... il ne supporte pas la frustration! Jouer, il ne veut que jouer, et rentrer à la maison ! 

    Lina ne dit rien ! Mais elle ne fait rien non plus !

    Elle n'embête pas son maître, ne gêne pas ses camarades... Lina semble absente, dans un autre monde ! Ses résultats scolaires s'en ressentent ! Mais comment Lina pourrait-elle se concentrer sur le calcul mental que le maître propose chaque matin? Elle ne trouve pas le résultat, panique, stresse encore un peu plus et tout lui échappe ! Que va-t-il se passer à la maison pendant son absence ?  Il lui tarde de rentrer, pour vérifier que ses parents ne se sont pas encore disputés.

    José  n'apprend ni à lire ni à compter ! Il grandit et commence à embêter ses voisins! Il faut dire qu'il s'ennuie, c'est long une journée quand on a le sentiment  de ne rien maîtriser ! José pourtant a des capacités, et personne ne s'explique cette impossibilité d'apprendre malgré toutes les aides apportées. À la maison, papa ne lit pas non plus, et refuse toutes les aides proposées ! L'école y est perçue comme l'ennemi dont il faut se méfier, source d'humiliations - l'échec scolaire - encore douloureuses. Papa n'aime pas l'école non plus.

    Ne rien voir, ne rien dire... ignorer ou nier les difficultés de son enfant pour ne pas raviver des douleurs personnelles ! 

    Conflit de loyauté, comment José pourrait-il aimer l'école et apprendre à lire ?

    Luigi, Lina et José n'existent pas... 

    Mais nous avons, dans nos écoles, de plus en plus de ces enfants insécures empêchés d'apprendre, incapables de laisser à la porte de l'école leurs soucis personnels, incapables d'accepter les frustrations générées par un monde réglé, incapables de mettre du sens sur des apprentissages qui ne sont pas dans les préoccupations familiales...

    L'école a ses contraintes propres: des programmes, des rythmes d'enseignement,... elle est prévue pour le plus grand nombre, soumise à la nécessité d'avancer vers les paliers du socle commun !

    Les enseignants essaient de prendre en compte ces élèves , adaptent, différencient, autant qu'ils le peuvent, mais avancer, il faut avancer !

    Nous avons dans notre école un RASED,  et que ferions-nous sans notre RASED, pour nos élèves mais aussi pour nous, si décontenancés et parfois tellement culpabilisés par ces élèves que nous ne pouvons pas aider ?

    "J'aime pas l'école !"

     

     

     

     

    « Recherche Alliance...Le temps de prendre le temps »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :