• L'attention, levier d'apprentissage...

    L'attention, à côté de l''engagement actif, du retour d'information et de la consolidation, serait  d'après les recherches issues des neurosciences, l'un des 4 facteurs de réussite dans tout apprentissage. Savoir captiver, canaliser, créer les conditions de la concentration. La concentration est le "mécanisme de filtrage qui nous permet de sélectionner une information et d'en moduler le traitement" ... Elle permet d'éliminer pour concentrer.

    Comme le montre la vidéo ci-dessous, quand on est concentré, "les stimuli non pertinents pour la tâche demandée vont tout bonnement devenir invisibles." Essayez, mais concentrez-vous sur la tâche demandée: "comptez le nombre de passes!"

     

    À l'inverse, un enseignant qui multiplierait les stimuli non pertinents détournerait en permanence l'attention et la concentration de ses élèves! Évidence, me direz-vous! Mais vous le savez, j'adore les banalités qui n'en sont pas !

    Parmi les stimuli non pertinents les plus fréquents, le flot de paroles ininterrompues d'un maître omniprésent. Soyez avares de vos mots, apprenez à vous taire pour laisser les élèves se confronter sur la tâche. Overdose de mots et d'informations, affichages pléthoriques et désordonnés, documents trop beaux avec une multitude d'éléments décoratifs perdant l'élève entre essentiel et accessoire ... Effet de surenchères Web, les documents trouvés sur le net rivalisent d'esthétique détournant de l'essentiel ! 

    Rassurez-vous, même si l'effet maître est, dans ce domaine aussi, déterminant, l'enseignant n'est pas responsable de tout... 

    La tradition populaire voudrait nous faire croire à une supériorité du cerveau féminin  capable de gérer mille et une choses en même temps! Désolé, mesdames, mais ce dernier, féminin ou masculin,  ne serait pas en mesure de réaliser deux tâches simultanément: il y aurait dans le "cortex préfrontal" un goulet d'étranglement qui ferait, qu'en réalité, "on passe d'une tâche à l'autre, en omettant l'une des deux, au détriment de l'acquisition de signaux (cf vidéo)

    Si le maître alerté va être attentif à ne pas multiplier les stimuli non pertinents tout au long du déroulement de sa séance, il faut savoir qu'il y a mille et une raisons pour que l'attention dans ses différents leviers -  alerte, orientation, contrôle exécutif - ne fonctionne pas! Là aussi, l'enfant caché derrière l'élève vient perturber le bel ordonnancement prévu par le maître: enfant insécure, enfant fatigué, enfant manquant de cadrage éducatif, enfant ne parvenant pas à inhiber des comportements indésirables... Le "contrôle exécutif",  capacité à se centrer sur la tâche sans s'en échapper en permanence, est mis à mal par certaines pratiques (ou non pratiques) familiales (rester à table pour manger par exemple), mais aussi scolaires,  par mille et une occasions données pour se disperser:  autorisation donnée à boire à tout moment, à se lever pour aller chercher un outil, prises de paroles incessantes du maître, ...

    On pourrait définir un certain nombre d'invariants pédagogiques relevant de cette problématique (je les écrirai un jour, au risque, sans doute,  de rappeler des banalités)

    Mais avant tout, un enseignant sachant enseigner sait se taire...

    Sources: http://www.paristechreview.com/2013/11/07/apprentissage-neurosciences/

    « Conceptualisation et langageAgir sur le climat scolaire »

  • Commentaires

    1
    NoémieRd
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 20:08

    Ahah, une réflexion qui tombe à pic !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :