• L'effet empilage...

    Je viens de passer mon dimanche à tenter de comprendre ce qui lie les différents projets de l'école, et ce qu'ils impliquent en termes de recherches communes. Ben oui, on nous demande un calendrier prévisionnel de réunions ! Suis pas sûr que ce soit une bonne façon de donner envie aux collègues de travailler ensemble! On va donc d'abord se réunir sur les dates de réunions!

    Premier obstacle, et non des moindre, les enseignantes à l'origine des projets ne sont plus très nombreuses, et certaines d'entre elles vont nous quitter en cours d'année ... Continuité difficile ! Sans compter qu'il n'est pas facile de se décentrer de la classe quand on arrive dans une école. 

    Une de mes jeunes collègues, à qui je demandais si ça allait et si elle avait besoin d'aide, me répondait à ce sujet :

    "Merci, la classe ça va, je trouve dans l'école beaucoup de solidarité, mais je me sens parasité par tous ces projets..."

    Il ne me reste donc plus qu'à enfiler ma panoplie d'explorateur, lampe frontale et esprit de déduction, pour retrouver les éléments du puzzle cachés dans l'ordinateur du bureau, ou pire encore dans les tas de dossiers du bureau,... Il me faudra ensuite les lire et les comprendre.

    De l'empilement au systèmeChose faite et premier constat: on assiste à un accumulation régulière de contraintes et d'exigences externes , qui remet en cause l'aboutissement des projets. Comme chacun le sait, un cube de trop et la pile s'écroule. 

    Du coup, les équipes ont bien du mal à dépasser le stade de l'écriture des projets, chacun d'entre eux étouffant sous le poids du suivant.

    Projet d'école et axes prioritaires, fiches actions, évaluations et instruments de pilotage,  parcours artistique, modification des rythmes et liaison avec le périscolaire, projet RRS, rénovation de l'école avec déménagement à la clé... 

    Et si on passait d'un empilement à une vision systémique des choses, coordonnées, ... Avec des ambitions réalistes, des objectifs limités, ciblés ... Histoire de renouer avec le sentiment de réussite !

    Le bonheur des enseignants (et donc des élèves) en dépend!

    Je ne suis pas certain que nos "encadrants" se représentent bien la complexité dans laquelle se débat l'école d'aujourd'hui. Je suis invité vendredi à une réunion RRS (et c'est tant mieux!) et ma première initiative consistera donc à donner à voir, si on me donne la parole,   une image claire des contraintes actuelles de mon école: une carte conceptuelle, pour se représenter la complexité!

    Dans quoi sommes-nous, et comment pourrait-on intégrer ce qui est imposé année après année, dans des projets en cours pour éviter un désastreux "effet empilage"?

    Et si on tentait de passer d'un empilement à un système ? J'ai pas envie de faire semblant et de me transformer en "pisse-copie" , de faire de mon établissement une vitrine sans fond de commerce !

    Dire ce que l'on fait, et faire ce qu'on écrit !

     

    De l'empilement au système

     

     

     

    « Un cadeau empoisonnéJournal d'un corps »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :