• L'inspection, vue par l'inspecté...

    L'inspection, vue par l'inspecté...Un enseignant du premier degré est inspecté tous les trois ans... par un inspecteur de l'éducation nationale...

     

    Faut vous dire qu'un instit. redoute l'Inspection!

    Sa toute-puissance y est mise à mal, il redevient ce jour-là,  l'élève qu'il fut jadis!

    Il y a un rapport enfantin à l'inspecteur!

    C'est un peu ennuyeux, surtout quand l'on sait qu'un enseignant, pour bien enseigner, doit échapper  à l'élève qu'il a été !

     

    Une inspection se passe presque toujours de la même façon: l'inspecteur arrive le matin ou l'après-midi, souvent un peu "en retard" - Ben oui, il passe au bureau avant! -  frappe à la porte, et va s'installer au fond de la classe.

    Effet garanti, montée d'adrénaline....

     

    Le maître, lui, officie, comme d'habitude, ... enfin presque!

    Il ne peut s'empêcher de lancer régulièrement  un regard inquiet à l'inqui...l'inspecteur qui fouille fébrilement classeurs du maître et cahiers d'élèves, sans jamais cesser de jeter un oeil averti - plus ou moins - sur le déroulement de la leçon, ...

     

    Vient ensuite un jeu de questions-réponses dans un entretien destiné à vérifier la profondeur de la pensée pédagogique de l'inspecté, l'authenticité de ses pratiques, sa loyauté à l'institution et à ses programmes, ...

     

    L'efficacité d'un enseignant étant très difficile à apprécier  (comment mesurer la plus value apportée par un enseignant? ),  on cherche à vérifier la présence ou non des conditions supposées de son efficacité! Et là, forcément... on risque de retomber dans les conceptions singulières de chaque inspecteur, même s'il s'en défend et  même si, à l'occasion de la sortie des programmes de 2008, on précisait en haut lieu que la forme important peu,  seuls les résultats comptaient (sic)... Quels résultats ? Qui pourra prétendre qu'en pédagogie, la forme n'a pas d'effet sur le rapport  au savoir ?

    Il est plus facile d'évaluer l'efficacité d'un système que celle d'un seul de ses acteurs (sauf cas extrême)!

     

    Arrive enfin quelques semaines après, un rapport d'inspection que tout enseignant ouvre les mains tremblantes...

    Ai-je fait bonne figure? Mon travail est-il reconnu? Qu'a-t-il pensé de moi?

     

    Perso, j'ai gardé tous mes rapports d'inspection, et force est de constater qu'en trente ans, la forme comme le contenu n'a guère changé !

     

    Bon, j'vous entends d'ici, les copains devenus inspecteurs ! Je caricature !

    Je vous l'concède bien volontiers, mais c'est souvent, à tort ou à raison,

    vécu comme ça... Et je ne parle pas de réalité, juste de perceptions!

    Vous n'imaginez pas l'angoisse inhibante  provoquée par votre visite! Vous n'imaginez pas le soulagement qui suit, la colère, la blessure narcissique, ou la fierté ...

     

    Un inspecteur, c'est souvent un ancien instit ou un ancien  prof du second degré. Il est pédago, plus ou moins selon son origine, porteur du message institutionnel et c'est bien normal, parfois militant d'idées personnelles que  jamais il ne devrait imposer! Question d'éthique, sa liberté, comme la nôtre, s'arrête à la frontière des textes officiels!

     

    Perso j'ai été inspecté plus souvent que la plupart de mes congénères:  chance ou malchance c'est selon... J'ai progressé très vite en début de carrière grâce à une note plus fréquemment revalorisée, et finalement moins vite en fin de carrière, freiné au moment où les échelons devenaient plus intéressants... Bon, je ne sais pas vraiment, croyez-moi si vous voulez, je n'ai jamais cherché à savoir!

     

    En fait, j'ai depuis toujours  eu du monde dans ma classe: des stagiaires, des conseillers pédagogiques (CPC, CPD) , des prof d'IUFM, des inspecteurs, des collègues... Je me souviens même de prof d'IUFM venus chercher des clés, s'installer de façon impromptue au fond de ma classe, histoire d'écouter mes élèves décrire une figure géométrique, argumenter dans un débat, critiquer un temps de danse de création... J'ai appris il y a peu, qu'une vidéo mettant en scène votre serviteur et ses élèves circulait encore en formation!

     

    Bref, avoir du monde ne me gêne pas, ne me gênait pas...

     

    Assez curieusement, en arrivant tout doucement à ma dernière inspection, je me surprends à redouter cet instant.. Sans doute la crainte du bilan ultime ! Celui qui pourrait tout remettre en cause!

    Serais-je, moi aussi, resté élève, enfant face au père ?

     

     

    Alors vous le savez, vous mes rares lecteurs, j'aime caractériser les fonctions traversées ou côtoyées... de vertus idéales

    Pour moi, un directeur d'école donne une couleur à son établissement, un conseiller pédagogique dérange mais reconstruit, un maître formateur est un passeur, un enseignant cherche à créer les conditions de la mise en oeuvre de la pensée, un inspecteur pilote et accompagne, prend l'autre comme partenaire dans un projet partagé...

     

    L'inspection, ... Occasion d'expliquer, de parler des différentes facettes de mon métier, de dire mes projets, d'exposer mes limites et mes faiblesses, mes réussites et mes échecs, mon parti-pris pédagogique, ma lecture locale de la difficulté scolaire, mes orientations personnelles dans une fonction malmenée.....

    Isolé dans une fonction à la fois dans et à côté de l'école, vivre l'inspection comme un temps de  confrontation de mes propres doutes à ceux d'un autre, un temps d'émergence des besoins en formation, un temps d'échanges permettant d'alimenter, d'influer  un pilotage proximal...

     

    Entendons-nous bien! Je ne suis pas contre l'inspection! il faut bien des garants institutionnels, et nous avons besoin d'apports! "

     

    "Inspecter", le mot... vient du latin "inspectare": de "spectare"... regarder, "in"... en, dedans. Et je crois que tout le malaise se situe là, dans ce "in" qui nous oblige à donner à voir ce qui est au-dedans, ce qui appartient à l'intime, ce qui touche aux piliers de notre estime de soi... Serait-ce, avant tout, une question de position?

    Alors?

    Alors,  si l'inspection ... nous faisait sujet plutôt qu'objet , évitait de nous mettre mécaniquement en position basse pour nous faire partenaires!

     

    Je sais, je sais, j'exagère et il ne faut pas généraliser!

    Ce n'est pas la fonction qui fait l'homme, mais l'homme qui ...

     

    Il y d'ailleurs autant d'inspecteurs qu'il y a de synonymes pour le mot "inspecter": examiner (avec autorité), rechercher, approfondir, fureter, fouiller, sonder, éplucher, perquisitionner, visiter, traquer, scruter, chercher, fouiner, éplucher, étudier, farfouiller, observer, décortiquer, reconnaître... Reconnaître, partager, valoriser, rassurer, motiver, soutenir, donner envie, outiller, informer, former, accompagner...

     

    Ancien formateur EPS , depuis peu partisan de l'observation clinique, je ne peux m'empêcher d'observer l'observateur, ... 

     

    L'inspection ne nous enferme-t-elle pas trop souvent dans un jeu de rôle masquant les difficultés,  et n'empêche-t-elle pas finalement l'installation d'une ... co-responsabilté!

     

    Et si on s'engageait enfin, les uns et les autres (oui, oui, ... nous aussi, quittons ce pôle enfantin!), dans une relation professionnelle, une relation dans laquelle chacun s'autoriserait à dire ce qui va et ce qui ne va pas ?

     

    Et si on refondait la relation "inspecteur-inspecté" ?

     

    Mais vous le savez, ma pensée est labyrinthique, pragmatique,  et j'ai peut-être tort....

     

    « L'Abbaye du THORONET (Var)S'il vous plaît, ne lui dites plus qu'il triche ! »

  • Commentaires

    1
    kalliste06
    Lundi 29 Avril 2013 à 18:59

    excellent article!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :