• La collaboration, pas si simple !

    Vous l'savez, chers twitt'amis, j'ai pas mal exploré notre système en investissant des missions variées au cours de ma carrière déjà longue. J'ai eu, je crois, beaucoup de chance !

    Certains ont besoin de mise en danger (relative) , du déséquilibre de l'inconnu pour se sentir vivre au travail ! D'autres ont besoins de rituels, de continuité ! 

    Changez trop souvent de mission et on vous dira instable, n'en changez pas et on vous dira pantouflard... Bon , faites comme vous l'entendez, le tout c'est d'être heureux et efficace au travail! 

    Bref, de retour dans une direction d'école - du déjà fait - j'ai eu peur de m'ennuyer ! Hop là,  les contempteurs de l'école ! J'vous entends penser d'ici !

    M'ennuyer "in-te-llec-tu-elle-ment"

    Pour moi , la Direction, c'est du réchauffé, du ressuscité, du déjà vu... bref de l'ennuyeux en puissance... Un ennuyeux qui peut prendre tout le temps du fonctionnaire sérieux!

    IL y a plusieurs façons d'être directeur d'école !

    Il y a l'administrateur, un temps adulé par une gestion bureaucratique autant que hiérarchique: papiers envoyés à temps à l'employeur, enquêtes remplies, ... !

    Il y a le factotum efficace, libérant ses collègues de toutes les tâches administratives et collectives: il s'occupe de tout ce qui échappe à la classe ! Celui-là est souvent apprécié, il rend service et accepte même les remises en cause sans broncher ! Factotum, vous dis-je !

    Il y a l'autocrate, assis sur un pouvoir illusoire: il dit à longueur de journée qu'il ne veut pas être Directeur, mais répète à qui veut l'entendre qu'il est quand même directeur ! Il décide de tout, mais tout le monde le laisse faire parce qu'il n'embête personne avec des réunions jugées inutiles ! Ben oui, les réunions dans ce cas ne sont pas voulues, mais subies.

    Il y a le bienveillant, il ménage la chèvre et le chou, veut le bonheur des uns et des autres... C'est le sauveur qui prend tout en charge, au détriment de son propre bonheur !

    Il y a le bougon, il est pas content d'être là et il le fait sentir à tout le monde ! Il entraîne l'école vers la morosité!

    Il y a l'hyperactif, l'exalté, l'enflammé,  l'enivré (pas au sens propre, enfin j'espère), le transporté, le mystique, le visionnaire, le "sous influence" , l'excité, l'impétueux, le fébrile, le galvanisé, le lyrique, l'enthousiaste, le beau parleur (celui qui cause, mais fait faire aux autres )...

    Il y a le sérieux, le distancé, celui qui essaie de faire au mieux, avec réalisme ! Il tient compte des demandes institutionnelles, de ses collègues, de la réalité du travail d'enseignant , ... S'il est en plus bienveillant, administrateur et factotum ... on lui permet (demande) d'être un peu autocrate, mais avec les autres, pas avec soi  ! Bon , il pourra même décider des heures de réunion !

    Twit'amis directeurs, ne cherchez pas à vous reconnaître... Il y a un peu de chacune de ces caricatures en chacun de nous !

    Bref, il y a mille et une façons d'assumer une mission sans statut et sans rôle bien défini: la direction d'école !

    Alors j'me suis demandé, avant d'accepter cette mission, quel directeur j'voulais être ! Bon, vous vous en doutez, j'me vois dans aucun des portraits esquissés ci-dessus ! M'enfin !

    Alors ? Et si tout le monde assumait une part de la responsabilité collective dans un cadre partagé  ! Un cadre collaboratif , un directeur garant du cadre défini  ensemble ! Valoriser l'initiative, la responsabilisation, la décision collective, l'imagination, l'entraide, ...!

    Utopie ? Il est parfois plus difficile de se contraindre librement que d'accepter les contraintes issues de l'extérieur ! 

    On pourra lire à ce propos, un billet qui traite de ce sujet dans l'entreprise. Est-ce si différent à l'école ?

    La collaboration, pas si simple...

     "En fin de compte, il en va de la pratique collaborative comme de notre comportement en général et qu’à moins d’appartenir à la catégorie des "altruistes", notre quotidien est largement guidé par une stratégie personnelle objet de compromis entre nos envies, nos besoins, nos contraintes et nos rémunérations (ou reconnaissances)"

    « Essai de Management formatif...Affichage , parti-pris et défi »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :