• La pédagogie du perroquet

    La pédagogie du perroquet"Enseigner c'est répéter, parce qu'à force de répéter, ça finit par rentrer ! " disait l'un de mes illustres prédécesseurs à blouse grise maculée de traces de craies blanches. 

    "Je dis, tu fais, parce que c'est toi, parce que c'est moi !"

     

    Pédagogie du perroquet ! Il suffirait ainsi de transmettre si possible clairement, procédures mentales incluses, pour que les élèves réussissent !

    Psittacisme , du latin psittacismus, dérivé de psittacus (perroquet)...

    "Que l'on me donne 15 élèves, et je deviendrai un répétiteur efficace ! " répète sans cesse l'un de mes jeunes collègues adorateur d'une école qu'il n'a pas connue !

    Système élitiste qui convient à quelques-uns ...

    Quand je vois l'instabilité posturale de mes élèves RRS, la faible appétence d'une proportion non négligeable d'entre eux pour ce qui est proposé ,  quand j'entends mes collègues dépenser une énergie incroyable, quand j'observe de plus en plus d'élèves qui ne font rien ... je me dis que ce système a vécu !

    On n'apprend que si l'on mobilise sa pensée...

    La pédagogie, c'est l'art de créer les conditions de la mobilisation de la pensée  ! Force est de constater que c'est de plus en plus difficile de mobiliser les élèves sur des objets scolaires !

    Pourtant la succession incessante de ministres a proposé ici ou là des initiatives intéressantes de ce point de vue: mathématiques incluses dans les activités scientifiques, main à la pâte,  ...

    Faute de formation et d'accompagnement, ces tentatives ne se sont jamais réellement inscrites dans le paysage pédagogique ! Tentatives avortées ! Est-ce que ça aurait marché ?

    2008 nous a irrémédiablement renvoyé au psittacisme pédagogique et à l'émiettage des contenus !

    "C'est toujours ça qu'ils sauront!" entendait-on alors .

    Certains voient aujourd'hui dans le numérique à l'école une révolution à venir ! Je voudrais juste faire remarquer que l'on pensait la même chose de la télévision, du magnétoscope , de la photocopieuse , du vidéo-projecteur, ... et que finalement, ces entrées fracassantes n'ont en rien changé les rapports aux savoirs scolaires ! Elles ont au contraire renforcé des tendances transmissives et frontales ... C'est d'ailleurs déjà le cas pour les Tbi  ... 

    "C'est magique ! " entendis-je récemment d'une personne autorisée ! J'ai bien peur que ça  ne soit magique que pour elle !

    Nos élèves ont l'habitude  d'un accès illimité aux images , et ce n'est pas en remettant quelques images de plus en classe que l'on réglera les problèmes d'appétence scolaire !

    On provoque souvent un intérêt de surface, sans provoquer davantage le questionnement de l'objet !

    Le numérique peut transformer le rapport aux savoirs - certains collègues innovants le prouvent - mais l'ensemble de nos collègues y sont-ils prêts ?

    Question de formation, comme toujours !

    Alors, il reste M@gistère... Sera-ce le cheval de Troie qui induira les changements devenus inévitables ou vivrons-nous encore une initiative avortée ?

    Vive l'horizontalité accompagnée!

     

    Se reporter à l'article qui a inspiré ce billet >   

      http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20140416.OBS4045/internet-va-t-il-terrasser-l-education-nationale.html

    « RRS ou la question des devoirsÉloge de la leçon »

  • Commentaires

    1
    Il Rève
    Mercredi 23 Avril 2014 à 06:46

    J'entends bien vos critiques relatives à l'enseignement frontal, donc élitiste, pour vous. Cependant vous n'indiquez pas comment "créer les conditions de mobilisation de la pensée" et il est possible, voir probable que les "objets scolaires" ne soient plus à eux seuls mobilisateurs. Il les faut transformer je suppose en "formes de pratique". On ne peut plus ignorer ce que Piaget et Meirieu, pour ne citer que les plus importants, ont trouvé et explicité . . . Cordialement.

    2
    Mercredi 23 Avril 2014 à 07:16

    Je ne suis pas contre le "frontal" qui a sa place dans une pratique alternée... Disons que je suis contre le "tout frontal" , discours unique pour un élève moyen ! L'école ne différencie que sur le temps du scénario péda !

    Pour créer les conditions d'engagement de la pensée: Freinet, Oury, Montessori, Decroly, Piaget, Vygotski, Bruner, Vermersch, etc. ... ; des mouvements ICEM, CEMEA, GFEN , OCCE, ... ; des instructions: main à la pâte, ....

    Mais attention aux méthodes actives qui ont trop souvent tourné à l'activité pour l'activité! Il s'agit d'amener l'élève à penser son travail ! 

    Bref je suis pour une auto-socio-explicito contruction ... 

    Et vous avez raison, on ne peut pas faire l'impasse sur tous ceux qui cherchent à comprendre comment la pensée de l'enfant se construit !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :