• La rumeur

    Notre école, comme d'autres, a été touchée par LA rumeur ...

    Viralité inquiétante, diffusion horizontale rendue possible par les nouveaux modes de communication… 

    Personnel enseignant blessé, … Ils ont découvert en même temps que les parents, des SMS d'une violence inouïe, sur un sujet qu'ils n'imaginaient même pas, tant ils sont préoccupés par l'enseignement d'un instrument essentiel de la culture et de la pensée: la langue écrite et parlée.

    Parents inquiets, parents questionnants… 

    Enseignants peinés (attristés) de voir que la confiance recherchée et qu'ils croyaient acquise, est si fragile...

    Enseignants reconnaissants à toutes ces familles qui sont venues à l'école pour demander des informations… 

    Prendre le temps de laisser dire, exprimer… Écouter l'inquiétude, expliquer, rassurer!

    Ne pas renvoyer à l'inquiétude, la suffisance de l'enseignant blessé  !

    Rappeler que nous aussi, avant d'être enseignants, sommes parents !

    Ne tombons pas dans le piège tendu, ne refermons pas l'école !

    Il faut , plus que jamais, engager le dialogue avec les familles, chercher à faire alliance … et une fois encore réclamer que  la formation des nouveaux enseignants prenne en compte cette nécessaire dimension: apprendre le dialogue, la gestion des relations, ...

    Cet évènement met en lumière l'importance de l'école face à l'invasion des nouvelles technologies: apprendre à douter, à questionner, à vérifier ses sources,  ...

    Expliquer qu'utiliser les enfants dans des revendications adultes (quelles qu'elles soient, justifiées ou non) , c'est leur dire implicitement que l'école n'est pas importante, qu'ils ne peuvent pas avoir confiance dans leurs enseignants ! Au-delà du conflit de loyauté et des dégâts prévisibles, c'est au final hypothéquer leur réussite scolaire !

    Je me dis enfin que l'affrontement frontal et donc brutal de stéréotypes ancestraux n'est pas nécessairement la meilleure façon de faire, que la culture, en convoquant Molière et les autres, la littérature enfantine et ses héros indistinctement féminins ou masculins, qu'en vivant l'égalité à l'école qui ne fait aucune distinction en termes de droits et de devoirs, en valorisant autant le travail des unes et des autres, on fera  progresser le droit du citoyen...

    Bref l'égalité se vit...

    À bientôt les twitt'amis, le ménage et la cuisine m'attend ! 

     

     

    « Liberté, Égalité, FraternitéLa bosse des maths »