• Le directeur est un aquarelliste

     "Les titulaires chargés de la direction d’une école contenant plus de deux classes prennent le nom de directeur ou directrice d’école primaire élémentaire."

    Loi du 30 octobre 1886 sur l’organisation de l’enseignement primaire – art.23

    « Pour rien au monde, je ne voudrais  faire ton boulot ! Toute cette paperasse !»

    Ne vous y trompez pas, le propos de ma collègue est bien intentionné : j’y détecte même de la compassion, voire de la reconnaissance pour ce qui est perçu comme un dévouement, une abnégation !

    Ainsi, j’accepterais, malgré l’ingratitude de la tâche, d’assumer cette mission qui doit préserver le groupe de tout ce qui ennuie : la paperasse, et peut-être tout le reste, le non-dit (les réunions, le collectif, …) !   

    Retour violent pourtant, renvoyant à mon questionnement depuis ma nomination:

    « Qu’est-ce que je fais-là , dans ce poste non désiré ?»

    Pourquoi cette collègue bienveillante attribue-t-elle tant d’importance à ce qui en revêt le moins pour moi ? Ne perçoit-elle de mon action dans le groupe  que cette dimension administrative, alors que tout ce qui m’agite est ailleurs ?

    Et moi qui croyais le paradigme voulu pour « ma direction » visible, évident !

    Je me lance dans cette entreprise improbable, parler de la Direction d’école, pour livrer ma vision des choses : qu’est-ce qu’un directeur ou une directrice d’école ? Sûr que le propos devrait passionner les foules ! Mais l’écriture n’est-elle pas avant tout cathartique ?

    Directeur : « Personne qui dirige, à la tête d’une entreprise, d’un service… Fonctionnaire d’une administration occupant le poste le plus élevé dans la hiérarchie » (Petit Larousse)

    Le mot qui nous désigne est donc pour le moins impropre et entretient l’ambiguïté, si ce n’est la suspicion dans un milieu très attaché à sa liberté ! Le directeur d’école n’est pas, statutairement, un supérieur hiérarchique !

    D’après les enquêtes menées auprès de la profession, la majorité des enseignants n’en voudrait pas ! Enfin, tant qu’on ne devient pas Directeur soi-même !

    Métier sans statut, même si le nouveau référentiel de compétences y ressemble de plus en plus.

    Si le Directeur n’est pas un supérieur hiérarchique, il est Responsable ! Paradoxe !

    Le recours au sens , dans l’acception ordinaire du mot,  ne permet donc pas de définir la mission du Directeur d’école.

    Et s’il fallait chercher une autre définition ?

    La direction, au sens d’orientation vers un point donné ? Le directeur serait alors celui qui entraîne le groupe, tel le guide de haute montagne qui accompagnerait la cordée vers le sommet choisi, sur un itinéraire négocié, identifié, choisi … Un guide formateur dont le projet serait de  faire de ses clients des randonneurs experts et solidaires.   

    Le directeur serait alors celui qui donne la direction, ou mieux encore, celui qui accompagne le groupe dans le choix de SA direction, tout en restant dans le cadre fixé par l’institution. Un guide de haute montagne garant de la sécurité du groupe, un directeur garant institutionnel et garant du cadre que le groupe s’est choisi localement!

    Cette conception, on le verra, appelle la transparence et la visibilité pour le directeur, le renforcement de l’autonomie des établissements, un changement de paradigme pour le système hiérarchique qui nous gouverne, de solides compétences aussi…



    [1] Ai été nommé en urgence

     

    « Et la convivialité... B...el !La question de l'identité »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :