• Maintien ou passage ?

    Mai, temps des conseils de cycles et des propositions de maintien ou de passage aux familles...

    On réunit dans une même classe des élèves qui peuvent avoir près de 12 mois de différence à 7 ans… 12 mois à cet âge, c'est considérable !

    Si l'on observe d'un peu plus près les élèves dont on parle en conseil de cycle 2, on trouve souvent des enfants nés en fin d'année, plus de garçons que de filles !

    Notre système scolaire issu du 19ème repose sur l'idée que les élèves sont prêts pour apprendre la même chose au même moment et au même rythme…

    Il n'en est rien !

    Au delà du mois de naissance, certains apprennent mieux que d'autres, plus vite ou moins vite ...

    Une évidence ? Pourtant,  notre système continue de fonctionner immuablement: un maître , un groupe d'élève, une progression pour toute la classe , des compétences mesurées en fin d'année qui entraînement une proposition de passage ou de maintien !

    Les enseignants essaient de différencier, mais  peut-on aboutir en même temps (en fin d'année) au même niveau de performance dans une compétence donnée en agissant sur le seul scénario pédagogique ?

    Un outillage différent, un scénario prenant en compte la difficulté ne suffisent pas à régler des différences qui sont parfois considérables… 

    Le maître supplémentaire ne permettra pas davantage de régler ce problème qui appelle un autre type de solutions!

    Après des essais avortés de travail en cycles sensés prendre en compte les rythmes individuels , on est revenu en 2008 au fonctionnement cloisonné par classe … On a renforcé l'avancée à marche forcée: une classe, un rythme, un contenu évaluable, des paliers à franchir … 

    Ce type de fonctionnement a sa logique, une logique dont la proposition de maintien fait partie ! Mais assez curieusement, on nous encourage de plus en plus à limiter le nombre de maintiens, la preuve de leur efficacité n'ayant pas été apportée !

    Discours ambigu: un système qui engage mécaniquement au maintien, mais des maintiens qu'il faut limiter ! Et donc des élèves qui se retrouvent en 6ème sans maîtriser les compétences instrumentales attendues !

    Ne pas faire redoubler - je sais, je sais… maintenir et redoubler, ce n'est pas tout à fait la même chose - sachant que pour orienter en SEGPA, il faut un an de retard sur le cursus habituel !

    Bref, chaque année, ces  propositions de passage ou de maintien me mettent mal à l'aise, … Elles sont d'ailleurs de plus en plus contestées par les familles ! 

    Tous les élèves ne peuvent pas arriver en même temps, au même rythme … au même niveau de performance !

    Nous avons été obligés, cette année, de poursuivre pour un nombre important d'enfants, l'apprentissage de la lecture au delà du CP : rythmes moins soutenus, plus de temps d'intégration, …

    S'ils savent aujourd'hui tous décoder et comprendre un texte simple, ils n'ont pas les compétences attendues de la fin du cycle 2 ! On n'aura pas su (pu) éviter un maintien qui n'a été repoussé que d'un an !

    Accepter l'idée de maintien, ou  adapter les rythmes d'apprentissages aux élèves dont on a la charge ? 

    Si l'on choisit la deuxième solution, alors il faudra adapter les rythmes, prendre plus de temps pour les uns que pour les autres pour apprendre à lire, remettre en cause la notion de palier à franchir à âge fixe ! Bref, il ne suffira pas de différencier sur l'année, mais il faudra prendre en compte le temps sur un cursus, voire une scolarité  !

    Mais il ne suffit pas de le dire pour le faire: c'est compliqué, ça nécessite une formation et sans doute des conditions structurelles adaptées, coûteuses à n'en pas douter !

    En avons-nous les moyens ?

    Bon allez, joyeuses fêtes à tous…. ou à chacun !

      

    « Le directeur est une épongeLe silence est d'or »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :