• Mon école a une couleur...

    ... qui me plait !

     

    Mon école a une couleur...

     

    Bon,vous l'savez peut-être pas, chers et rares twit'lecteurs, mais j'suis exigeant, Harpagon du compliment!

    Effet de l'âge sans doute! Plus on a développé de connaissances - trop peupéniblement mais avec obstination - , et moins on se satisfait de ce que l'on sait et de ce que l'on fait! Je m'applique pourtant un peu de Coué (la méthode) chaque matin, me contrains à voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide,  réussis encore à m'émouvoir de ce que peuvent produire mes élèves dits en grande difficulté... et malgré tout je trouve encore 1001 raisons d'être insatisfait !

    Je rêve d'authenticité, ... Abandonner un système qui nous place les uns et les autres dans un jeu de rôle convenu, pour empoigner ensemble le vaste chantier de la refondation de l'école, pour que celle-ci redevienne celle qui me permit, moi, fils d'ouvriers convaincus que l'école était la seule voie de promotion sociale, de poursuivre des études et de trouver un métier conforme à mes aspirations... Être heureux dans le travail!

    Honnêtement, ce métier fut une raison de vivre: enthousiasme, plaisirs intellectuels, richesse des relations, rencontres éblouissantes avec ceux qui sont restés mes maîtres pédagogiques (Pierrot, Jean-Claude, Michel, Evelyne, Roger, ...), je n'ai jamais eu le sentiment de travailler malgré une très nette tendance à confondre temps personnel et temps contraint...

    Aujourd'hui, j'ai parfois le sentiment que la complexité mise en toute chose, rend le métier parfois pesant pour certains de mes collègues... Sentiment d'écrasement, insatisfaction d'un travail jamais fini, remise en cause sans cesse renouvelée!

    Retrouver le temps de faire, de bien faire, de construire ses séances et d'éprouver le sentiment du travail fini... Bonheur des adultes au travail, bonheur des élèves... S'inscrire ans la durée, espace contenant et contenu.

    Alors, remettre de la couleur dans ce métier... une priorité.

    Le climat scolaire repose d’abord sur quelque chose d’indéfinissable, l’esprit, la couleur que l’on donne, volontairement ou non,  à son établissement…

    Cette couleur repose sur des petits riens qui font beaucoup, des petits riens qui reposent sur un grand tout, l’éthique professionnelle : l’idée que nous avons de notre mission, les représentations que nous avons des élèves et de leurs parents, de nos collègues, la bienveillance dont nous faisons preuve, l’empathie dont nous sommes capables, la volonté d’aider, d’accueillir, l’ambition que nous avons pour nos élèves, le bien-être ou le mal-être ressenti…

    La couleur repose sur ce positionnement qui n’empêche ni les impatiences, ni les découragements passagers, …

    Nous cherchons tous ensemble, malgré les difficultés,  à donner une belle couleur à notre école! 

    Ce n’est bien sûr pas à moi d’en juger, mais je le vois à 1000 indices quotidiens !

    Une belle couleur à notre école, pour y être heureux !

    Nous voulons être, les aquarellistes de l'éducation nationale, parce que la couleur donnée à l'école, est à la base de tout ...

    « Agir sur le climat scolaireMais nom de bleu de nom de bleu... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :