• Nostalgie

    Vous qui m'suivez, vous savez que j'enseigne depuis pas mal d'années... En fait, j'sais pas vraiment, je ne compte pas... Pour dire vrai, je ne comptais pas, jusqu'au mois d'Avril de l'année dernière ! 

    NostalgieHier, je faisais du vélo , suant sang et eau dans l'acsension du mont Terrible qui m'résiste depuis toujours ! Mont Terrible, voilà un sommet qui porte bien son nom !

    Il y a des activités propices au vagabondage de la pensée, et le vélo en fait partie... Les commentateurs sportifs du tour de France m'amusent toujours quand ils parlent de STRATÉGIE : le vélo, c'est avant tout des jambes et du souffle !

    Le problème du vélo, de la marche ou de la course de fond, c'est que le seul effort du corps laisse la pensée libre de s'activer, mais souvent incapable de conscentration ! Perso, quand je roule... je trouve des idées, mais j' règle rarement un problème (intellectuel, j'entends, parce que matériel... c'est fréquent! Il m'arrive de crever 3 fois sur une sortie!)

    Donc hier je roulais... et je pensai tout à coup  à mes élèves, mes premiers élèves ! Qu'est ce qui a provoqué l'émergence de ces souvenirs, mystère ! Le mot "terrible", peut-être ?

    J'ai commencé à enseigner, sans appréhension,  dans un quartier dont on disait qu'il était le plus difficile du secteur! 

    À cette époque, on commençait très tôt à travailler, et il y avait peu d'écart entre le maître et ses élèves! Je devançais mes élèves de  3 ou 4  années , tout au plus ! Certain(e)s arrivaient tout juste d'un pays sans état civil !

    Donc, mes premiers élèves ne sont plus de la première jeunesse!  Ils ont maintenant les tempes grises, et doivent avoir dans les 45-50 ans! Ils s'appelaient Slerdjine, Larbi, Yassine, Aynur, ... 

    Ces élèves , je les vois encore ! 

    Et ils traversent encore la route pour venir me saluer !

    Larbi est devenu chauffeur de bus, et je le croise de temps en temps dans les rues de la ville que je n'ai pas quittée ! J'ai droit,  chaque fois, à un sourire et à un signe de la main! Il arrête parfois son bus en plein milieu de la voie, bravant klaxons et colères des automobilistes qui le suivent , pour se pencher et claironner "Bonjour, M'sieur O....., vous allez bien ?"

    - "Bonjour Larbi, mais roule, roule... tu vas avoir des ennuis !"

    Slerdjine lui, ne manque jamais une occasion de me gratifier d'une poignée de main vigoureuse : "On n'a pas été trop difficile au moins !" 

    Quant à Yassine, élève discret et souriant, il est devenu animateur de théâtre, et il encadre parfois des ateliers, dans mon école! Il vient souvent, le soir, parler de l'A.... , son quartier, mon quartier ! Je crois que ça nous fait du bien, à tous les deux !

    Ces élèves difficiles - enfin, c'est ce que l'on disait d'eux, mais ils ne l'étaient pas - sont les seuls à traverser encore la route pour venir me saluer, 35 ans après ! J'ai eu, après cette première expérience assez longue, l'occasion de travailler dans des milieux bien plus favorisés, et ces élèves passent souvent sans (vouloir) me reconnaître !

    Alors, ce matin, en montant le Mont Terrible, j'ai eu une pensée pour eux, mes premiers élèves! 

    Je suis resté dans leurs souvenirs, peut-être ai-je joué un (petit) rôle dans leur vie, mais soyez en sûrs... ils ont joué un rôle dans la mienne, et ils sont toujours là pour me rappeler que  nous faisons décidémment un beau métier !

    Nostalgie !

    Bon allez, le vélo m'attend ! Ascension du Col des 7 chemins !

     

    « Travailler par compétences, ça change quoi ? (3)Banalité du matin... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :