• T'as qu'à te défendre!

    " T'as qu'à te défendre, tape ! " dit mon papa.

    Qui n'a pas entendu ce blanc-seing donné par un père  excédé d'entendre  son enfant se plaindre de coups ou de railleries, supposés ou réels, éloignés de la réalité, souvent mais pas toujours . "Et pis, bon , quand même, t'es un homme ou pas!"

    17% du temps éveillé passé à l'école pour tenter d'inverser un modèle éducatif… est-ce possible ? Et on nous parle de coéducation, de partage de valeurs communes .

    Et l'école de réagir à coups de règlements, formulés en termes négatifs la plupart du temps , "on n'a pas le droit de …" ou en termes positifs, c'est plus "illustratif" de ce qu'on aimerait voir !

    Travailler le climat scolaire à seuls coups de règlements, ça ne sert à rien si on ne travaille pas en même temps l'accueil de la parole !

    Travailler sur le climat scolaire à coups de bons sentiments, ça ne sert à rien si on n'obtient pas des résultats.

    Car au final,  le discours du père commencera à changer dès qu'il aura le sentiment que le problème de son enfant sera pris en compte,  avec des résultats…

    Cette exigence de résultat impose à l'équipe pédagogique une vigilance de tous les instants, une rigueur absolue dans l'application des règles, une surveillance active des récréations qui deviennent des temps de travail pour les enseignants, ...

    Mais attention, dès que l'on accueille la parole de l'enfant, on prend connaissance d'un certain nombre de problèmes dont on n'avait pas conscience! On comprendra alors que  de simples disputes d'élèves prennent parfois des dimensions émotionnelles empêchant la centration sur le discours du maître .

    "Il n'y a pas de harcèlement à l'école élémentaire, dit-on souvent, ils sont trop petits!"

    Cette année, en accueillant la parole - celle d'un enfant et celle d'une maman - nous avons eu à travailler sur deux situations fort proches de ce que l'on pourrait qualifier de harcèlement, en tous les cas d'un harcèlement ressenti !

    Accueillir la parole, c'est accepter l'idée qu'il faudra, au moins dans un premier temps, consacrer beaucoup de temps et d'énergie à "traiter" davantage de  situations complexes.

    Quand on commence à travailler sur le climat scolaire, on a le sentiment décourageant d'une multiplication des affaires à gérér… Il faut passer ce cap, pour commencer à percevoir des résultats , des transformations de comportements… et de discours parentaux.

    Il faut savoir enfin, que les résultats sont fragiles, qu'ils peuvent être remis en question brutalement pas un évènement inattendu . L'école est soumise à toutes les tensions présentes dans notre société !

    « MalentenduÉchapper à sézig »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :